Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 14:11

Tout le monde peut avoir, un jour, envie de se suicider. Il suffit d'une seconde, d'une idée, d'un geste... quel que soit l'âge, quel que soit la raison... 

En règle générale, plus la personne est jeune et sous l'effet du stress, plus le passage à l'acte est rapide et non réfléchit. Il faut savoir qu'en moyenne, entre 40 et 100 enfants de moins de 12 ans se suicident chaque année en France.
( source : http://www.lepoint.fr).

Lorsque cette pensée devient récurante, il est vraiment essentiel de se faire aider, de contacter un professionnel, quelqu'un qui sera vraiment à l'écoute et capable de comprendre la souffrance et la violence intérieure qui nous envahissent dans ces moment là..

Car il s'agit bien d'une forme de violence... rentrée, retournée contre soi, issue d'une tristesse profonde... une tristesse qu'on ne parvient pas à exprimer parce que personne n'y est pour rien... mais cela nous fait souffrir à un point qu'on ne le souhaiterait même pas à notre pire ennemi.

Et un sentiment d'être seul... si seul.

Le suicide devient l'unique échappatoire.. la seule issue. Rien ni personne ne peut nous aider. 

Mais, en vérité, la personne qui puisse vraiment nous sauver, c'est nous-même. A condition de ne pas s'abandonner soi-même... En trouvant le courage de se cramponner à la vie. En demandant de l'aide a un psychothérapeute. Il nous tendra une une main... mais c'est à nous de nous y accrocher.

"il faut avoir traversé le désert glacial de l'idée même du suicide, pour pouvoir apprécier se supplément de vie que l'on s'accorde"

Comment tout commence ? 

Il y a toujours, d'une façon ou d'une autre,  un certain manque de confiance en soi. Un besoin d'être avec les autres. Souvent, la personne qui se suicide est décrite comme "quelqu'un qui a toujours été là pour les autres plus que pour lui-même"... et avait souvent tendance à s'oublier... ou à se "faire oublier"... en faisant passer les autres avant, en ne cherchant pas être considéré par les autres. Une personnalité plutôt introvertie, mais au fond en attente que l'autre vienne, en sincérité, en profondeur, juste pour dire à quel point on compte à ses yeux... cela peut-être issu d'un deuil non fait, ou d'une déchirure affective, quelqu'un nous manque... et ce manque empêche d'accéder à la plénitude...

Il y a donc souvent en trame de fond, un manque de reconnaissance, un besoin d'être pris en considération, une impossibilité d'exprimer ses sentiments... 
Puis, un jour, un drame, une situation problématique grave et difficile, et la personne se retrouve seule pour faire face... et elle n'arrive pas à trouver dans ses ressources personnelles une solution a son problème. Amis... famille... personne ne semble pouvoir l'aider.

Lors d'une première crise, la personne éprouve un besoin de fuir la douleur. L'idée du suicide comme solution possible, traverse l'esprit. Cette idée peut très bien disparaître et ne plus jamais réapparaître. Il me semble que tout le monde connait cela une fois dans sa vie...

Si ça continue ? 

Si les choses ne s'arrangent pas, les idées suicidaires peuvent réapparaître plus régulièrement. Alors, il se peut qu'elles prennent de plus en plus de place, elles reviennent de plus en plus souvent dans l'esprit... Elles sont présentes plus longtemps, et, petit à petit, elles finissent par faire partie du quotidien..

La personne peut en avoir parlé autour d'elle, sans avoir vraiment été entendue, prise au sérieux.. Il faut dire que ce genre de discours fait peur à celui qui l'écoute. La première réaction saine est la fuite, la non acceptation de cette idée ! c'est impossible d'aller dans son sens ! 
Alors l'isolement devient peu à peu total : on ne se confie plus. Comment dire à ceux qu'on aime que c'est cette vie que l'on n'arrive plus à supporter? et que l'on ne sait pas comment trouver la force de tout recommencer.. de repartir à zéro... et que de toute façon à quoi bon ?? 

Quand l'idée du suicide prend toute la place :

Les idées suicidaires sont alors continues, persistantes, et peuvent devenirobsessionnelles*. En même temps, ce questionnement intérieur fait peur. La personne se demande si elle n'est pas en train de devenir folle, ce qui augmente sa souffrance et son isolement. C'est la période de rumination. Les psychiatre proposent souvent des antidépresseurs... mais s'agit-il réellement d'un état dépressif* ? A ce stade, il se peut que la personne suicidaire rejette l'autre. Toute relation peut devenir source de conflit. 

Il me semble essentiel à ce stade d'accompagner la personne vers un retour à la nature, de l'aider à sortir de son isolement et surtout de retrouver des bases saines dans ses repères quotidiens : être en présence profonde et sincère, sans forcément parler, partager des repas avec des personnes agréables, marcher en forêt, manger des fruits et des légumes crus (c'est à dire se nourrir du vivant !) et s'arranger pour être entourer d'enfants (en passant des moments dans les jardins publics, par exemple...). Ceci peut sembler anodin, mais n'est-ce pas des repères simples et des moments où il est possible de trouver la vie agréable qui est essentiel d'apporter ?

Si l'idée du suicide devient une idée fixe ?

Il s'agit de la période de Cristallisation
A ce stade,  la personne en crise considère le suicide comme l’ultime solution à sa souffrance. Elle travaille alors à la période de Planification du suicide

"Lorsque l’état de la personne se détériore à ce point, la planification du suicide s’est précisée : le moyen, la date, le lieu et même l’heure peuvent être fixés. Durant cette période, la personne peut sembler très calme, car elle perçoit la planification de sonsuicide comme un apaisement, une issue, un répit."

Plus le processus suicidaire avance, plus les autres solutions que le suicide semblent devenir caduques ou désuètes, jusqu’à ne laisser que le suicide comme unique solution pour enrayer la douleur et la souffrance.

Mais il est important de savoir que la personne suicidaire est ambivalente jusqu’à la fin. C'est elle qui détient entre ses mains son avenir. Il ne s'agit plus de l'état dépressif où la personne avait le sentiment de "subir sa vie"... elle est plutôt dans l'idée de "maitriser sa mort" ! 

« Il est plus difficile de vivre que de mourir »

Le passage à l'acte :

Une personne qui souhaite réellement mettre fin à ses jours n'en parlera à personne. Il ne s'agit pas de prendre le risque que l'on vienne l'empêcher de parvenir à ses fins !

Ce point est essentiel pour distinguer les personnes suicidaires des personnes en souffrance pathologique, manipulatrices, qui menacent de se suicider à chaque fois qu'il s'agit d'obtenir quelque chose d'une autre personne.

La peur de passer à l’acte subsiste jusque dans les derniers moments. Le suicide est réversible jusqu’à la dernière minute. Il n’est jamais trop tard pour intervenir.
Il n'est jamais trop tard pour choisir de revivre. 

"Il faut du courage pour se suicider.. il en faut encore plus pour y renoncer."

Ceux qui restent :

Il est très difficile d'accepter le suicide d'un proche. Nous sommes partagés entre la tristesse profonde de la perte, le sentiment de trahison de ne pas avoir été dans la confidence. Le sentiment d'impuissance de n'avoir pas pu être là, la culpabilité de n'avoir pas vu venir, de n'avoir pas su écouter, entendre, ou d'avoir minimisé la détresse de ce proche qui ne laissait rien paraître..

Il est nécessaire que les proches se soutiennent moralement et restent soudés entre eux.

L'idéal est de se regrouper pour partager les sentiments de chacun, ce qui permettra vraiment de se rendre compte que personne n'est fautif. Il me semble nécessaire de demander un soutient psychologique pour faire ce débriefing, et que chacun ensuite entame une psychothérapie personnelle, en particulier la personne qui à découvert le corps, et d'autant plus si il s'agit d'un enfant ou d'un adolescent.

"Plus la prise en charge psychologique se fera tôt,

moins le traumatisme aura d’impact."

Oui... il faut être conscient que c'est un traumatisme, au delà d'un simple deuil. Il ne s'agit pas d'une façon "naturelle" de mourir. Et même si l'on "sait" que cela existe, notre psychisme n'est pas capable d'intégrer que ça puisse arriver à une personne de notre entourage.

Le choc est toujours terrible. Chaque personne se trouve profondément changé après un événement aussi marquant. Les phrases comme « ce n'est pas possible... je n'arrive pas à y croire... » reviennent longtemps dans les esprits.

La prise en considération du traumatisme sera nécessaire pour permettre de faire pleinement le deuil de la personne. Et surtout, de garder un souvenir de quelqu'un dans son entière identité, et non de rester focalisé sur la façon dont s'est déroulé sa disparition.


Article de Ganaëlle Stride pour web-therapie.fr

Psycho-Somatothérapeute, Musico-art-thérapeute

Télé-consultation sur Skype : ID = web.therapie

Prise de rendez-vous: http://www.web-therapie.fr/rdv

 

A la mémoire de mes amis :
Laurent, Phillippe, Arnaud, David, Jean-Mo, Henry.

 

"La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur..."

Carl Gustav Jung.

 

Liens utiles : 

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. 

SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide

 

* On sait que dans l'état dépressif, les personnes font part de leur envie de se suicider. Mais souvent la maladie les rends trop faible pour passer à l'acte. 
Dans les épisodes maniaco/dépressifs, le risque de passage à l'acte est réel et plus élevé dans les périodes marqués par la manie. 
Pour en savoir plus sur

- les troubles bipolaires :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_bipolaire 

- la dépression 

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9pression_(psychiatrie)

- l'obsession 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Obsession_(m%C3%A9decine)

Repost 0
Published by Ganaëlle Stride - dans PSYCHOTHERAPIES
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 11:29

Définition de l'Art

 

Qu'est-ce que l'Art ?

La question à déjà été maintes fois formulée, et les définitions sont réellement multiples.

En voici une proposée par un artiste plasticien :

«  l'Art, c'est ce que tout le monde pourrait faire, mais que tout le monde ne fait pas. »

GIL, Sculpteur, artiste plasticien.

 

Voici la définition que l'on trouve dans les dictionnaires...

 

« L'art est la création-invention,au niveau du mécanisme de la pensée et de l'imagination, d'une idée originale à contenu esthétique traduisible en effetsperceptibles par nos sens. Le déroulement et l'ordonnance de ces effetssont élaborés par un programme dans le temps ou dans l’espace, ou dans les deux à la fois, dont les composants et les rapports de proportion sont optimaux, inédits et esthétiques. Ces effetssont transmis grâce à l’emploi de signaux visuels, auditifs ou audiovisuels, à tous ceux qui, accidentellement ou volontairement, deviennent des spectateurs-auditeurs temporaires ou permanents de ces effets.

Il en résulte un processus de fascination provoquant une modificationplus ou moins profonde de leur champ psychologique selon le degré de la valeur esthétique de la création.

Cette modificationdoit aller dans le sens de la transcendance, de la sublimation et de l’enrichissement spirituel par le truchement du jeu complexe de la sensibilité et de l’intellect humains.

Grâce à la faculté de dépassement du créateur, les produits esthétiques à forte percussion pénètrent à travers les réseaux de communicationmultiples,

dans la réalité sociale.

Pour atteindre ce but, le créateur doit utiliser un langage et des techniques qui correspondent au véritable niveau de développement de son époque. »

Wikipédia

Toujours chez Wikipédia, voici la définition de l'Oeuvre d'Art :

« L'œuvre d'art est le résultat d'une activité humaine productrice, d'une création de l'artiste qui n'est jamais une simple reproduction mais représentation dans l'élément de la permanence qui manifeste un point de vue, un style ou une manière: le regard de l'artiste devient l'essentiel: dans l'œuvre d'art le moi de l'artiste se reconnaît comme déployé dans l'extériorité »

 

Depuis l'antiquité la philosophie s'interroge sur la nature de l'art. Platon ou Aristote s'interrogent sur l'art en tant que « beau ». L'esthétique antique diffère ensuite de l'esthétique Grec qui le définit par le mot « τέχνη » (technè), qui est l'équivalent le plus proche du mot « art » français. Il s'agit dans la Grèce antique de l'ensemble des activités soumises a certaines règles. Il englobe à la fois les savoirs, les arts, et les métiers.

Dans la civilisation romaine, l'art devient « le système des enseignements universels, vrais, utiles, partagés par tous, tendant vers une seule et même fin. »

Cette définition du mot à été acceptée jusqu'à la fin du Moyen Âge. Ici l'art s'oppose a la fois à la science conçue comme pure connaissance, indépendante des applications, et à la nature qui produit sans réfléchir.

Dans l'art, il y a donc ici l'idée de production à laquelle s'ajoute l'effort requis pour cette activité.

 

C'est à la renaissance que l'on commence a distinguer l'artiste de l'artisan, en désignant d'artiste un artisan dont la qualité de production est exceptionnelle. Puis, les artistes commenceront à s'émanciper des corporations pour intégrer les académie et répondre aux commandes. C'est alors que le mot « art » commence a se dégager. Non seulement de nombreuses « techniques » s'en emparent, mais après la découverte de la perspective, l'aspect visuel y prendra une croissance croissante.

 

La notion d'art aujourd'hui communément admise date du siècle des lumières. Partant d'une réflexion sur les sens et le goût, une conception basée sur l'idée de beauté fini par s'établir.

 

Aujourd'hui, dans le domaine de l'Art, tous les gens sont libre d'exprimer de façon créative leurs passions les plus intimes et leurs intuitions, d'une manière qui se remplit, inspire les autres, et ne fait aucun mal.

Les arts populaires sont sous-évalués, supprimés, ou réservés à une soi disant « élite » (salle des ventes et galeries financées par des banques) qui décide quel artiste sera pris pour modèle afin d'en faire une évaluation financière « refuge ».

Ainsi certains courants artistiques prennent de la valeurs, mais l'Art perd son âme. Ce qui nous isole finalement les uns des autres et de nous même au plus profond. Car l'Art véritable a pour mission de permettre a l'artiste d'exprimer sa vision du monde et de la partager avec les autres. C'est le peuple qui fait l'artiste, selon qu'il ressent si sa vision est juste, pertinente, et utile car bénéfique à l'évolution des conscience, à la compréhension de l'histoire et de la société, ou au développement du bien être.

Nous pouvons utiliser les arts pour exprimer nos réalités, promouvoir et refléter le changement social, défier le statu quo, et connecter plus profondément les uns avec les autres. Car l'art véritable n'a pas de frontière et parle un langage universel.

L'inspiration créatrice peut se partager avec le plus grand nombre de personnes à travers la musique, la poésie les films et photos, les peintures etc.. tout en développant la sensibilité de chacun, l'artiste autant que celui qui apprécie l'oeuvre !

L'histoire montre que l'art sous toute ses formes à la capacité a créer de nouvelles connexions, de catalyser les mouvements, et de transcender les barrières qui nous divisent.

Le Larousse de 1986 donnait cette définition de l'artiste :
 «  Personne qui se consacre à un art, se libère des contraintes bourgeoises. »

L'art à la capacité de permettre de transcender l'ego, l'esprit rationnel et les réactions habituelles, tout en contactant directement les sentiments et l'essence d'un individu. En cela l'on peut dire qu'il est thérapeutique.

Les arts peuvent être un agent de changement planétaire et peuvent nous aider ainsi a créer un monde prospère. C'est pourquoi je propose cette définition :

 

« L'art est une forme d'expression universelle, pouvant être non-verbale, mettant en jeu les réseaux de communications corporels, visuels, auditifs, et provocant chez la personne qui le pratique une modification de conscience pouvant aller de l'état de transe à l'état méditatif.

L'observateur peu ressentir une modification de conscience moindre que celle du créateur, mais qui provoque une sensation de compréhension d'un message que souhaite faire passer l'artiste.

Il y à donc circulation d'énergie interne entre le corps et l'esprit et échange externe entre les individus. Comme ceci perdure au-delà de l'acte créatif, il est nécessaire d'inclure l'état de modification de conscience de l'observateur dans un repère spatio-temporel et culturel reliant son interprétation personnelle intégrée dans son vécu psycho-socio-affectif, et la signification de l'oeuvre dans son contexte personnel et social d'origine.
Par conséquent, la production d'un objet réalisé lors d'une activité créative et artistique est révélatrice des phénomènes intra-psychiques en oeuvre pendant les interactions d'un être humain avec les choses de son environnement et/ou avec ses paires, pour peu que l'on veuille bien se donner la peine d'en déchiffrer le sens, la signification, le langage, pour l'artiste qui est à l'origine de cette création. »

Ganaelle Stride


A l'image d'une forme de communication primaire entre l'individu et lui même, le fait même de réaliser une production plastique le place dans un mécanisme de communication avec les autres de façon différée.

En effet le créateur maitrise la temporalité de son expression, déterminant lui même quand sa réalisation sera terminée et pourra être rendue visible au public.
Inversement, une oeuvre l'art va induire chez le récepteur des mécanismes intra-psychique dans une recherche d'interprétation des signes nécessaire a sa compréhension. Cette compréhension et interprétation reste, à la base, propre a chaque individu. Mais elle peut être suffisamment claire être interprété de la même façon par un grand nombre d'individu, et ainsi l'oeuvre pourra être reprise par l'un pour exprimer une idée qu'il souhaite transmettre à un autre.
J'ai testé moi-même cette forme d'échange dans des communications de groupes de réseaux sociaux, intervenant dans la discussion en répondant au sujet par l'intermédiaire d'une vidéo. Le message était très souvent compris et donnait lieu a une ouverture de la discussion. D'autres membres du groupe ont suivi cette forme de communication pour faire passer leurs idées et états d'âmes dans ce groupe particulièrement intime et amical.
L'échange dans ce groupe se faisait par écrit, ce qui donnat parfois lieu a des malentendus et incompréhensions, et le recours a une petite vidéo remettait tout le monde dans la conversation. Le tout est de trouver le bon message, visuel avec une peinture ou un film, ou auditif avec une chanson a texte ou une musique d'ambiance.. L'avantage de ce genre de communication différée est qu'elle permet a chacun de respecter et de faire respecter son temps d'appréciation, sa disponibilité et de pouvoir ouvrir une conversation, intervenir en cours de route, ou continuer une discussion commencée plusieurs jours auparavant... La communication se fait ainsi dans le respect de disponibilité temporelle et d'ouverture d'esprit de la personne, et lui permettant de maintenir un lien social a volonté et toujours a disposition, dans le respect de chacun.

Lorsque les signes sont interprétés de la même façon par un grand nombre d'individu, ils deviennent « connus » est l'artiste ainsi « reconnu » devient célèbres.
Portés par l'élite sociale, ces signes sont rapidement diffusés et adoptés par la majorité pensante du monde de l'art contemporain.
Lorsque une oeuvre d'art a ainsi traversé les époques, elle donne lieu à une lecture identique pour tout un peuple. Celle-ci devient alors une icône.

Lorsque la majorité des peuples sont d'accord pour donner une même signification à une icône, elle devient un symbole.

Lorsque ce symbole apparaît dans les rêves d'un être humain, ou dans tout autre phénomène inconscient qui lui est propre, l'on parle alors d'archétype.


Ainsi il devient possible de tracer une piste sur la voix du mythe de chacun en utilisant l'art en analyse par la production individuelle de principes généraux et universels ainsi que par l'observation de productions artistiques anciennes sous formes picturales, sonores ou audio-visuelles.

Le pouvoir de l'artiste :

« Un artiste est un individu faisant une œuvre, maîtrisant un savoir-faire, et dont on remarque la créativité, la poésie, l'originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. 
Ses œuvres sont source d'émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendance. »

Wikipédia

L'artiste est celui qui a la possibilité de créer de nouveaux signes permettant ainsi chaque société nouvelle de s'inclure dans son histoire culturelle avec son propre langage symbolique.
Un artiste est une personne qui exprime avec les techniques de son temps un regard critique sur son monde contemporain. Il a le devoir de donner a voir ce qui est esthétiquement beau que de dénoncer ce qui ne va pas dans sa société.

Le peuple reconnaitra alors ou non le monde dans lequel il vit ou celui qui ressemblera le plus a ses aspiration.
L'appropriation des courants artistiques par le pouvoir élitiste en place aura une influence sur le peuple, en lui donnant accès soit à une vision réaliste soit à une vision utopiste de sa condition contemporaine.

Nous verrons dans l'analyse des courant artistiques a travers les âges comment, dans les temps anciens, le pouvoir dominant en place ne reconnu pas la réalité quotidienne de son peuple, préférant utiliser les oeuvres d'art pour exprimer sa propre grandeur a travers des décors somptueux et narcissiques.

L'accès ultérieur à ces oeuvre par le grand public donna un effet de fascination vis a vis de ces oeuvres, dont chacun souhaita avoir accès et deviendront ainsi des icônes de beauté, des sources d'inspiration pour les artistes nouveaux, ou alors la mise en place de courants totalement opposés à ces cannons esthétiques.

Nous constaterons qu'aujourd'hui, l'élite dominante de notre monde artistique contemporain choisi de faire le choix du « tout mais rien de ce qui était avant » propulse le monde dans un courant générateur de sans cesse nouveau, privant le peuple de tout repère identitaire, ou plutôt l'obligeant a ne pouvoir adhérer qu'en partie à quelques courants artistiques, car devenus trop nombreux pour pouvoir les embrasser tous.

Cette dissociation est révélatrice du manque d'origine, ou du moins de la méconnaissance de cette origine. Elle est également révélatrice de la difficulté de notre société actuelle qui refuse de vivre au quotidien comme le faisaient les grands-parents, tout en souhaitant garder les même acquis sur le plan matériel.

Ces 50 dernières années, nous avons constaté dans l'art l'utilisation des nouveaux matériaux industriels et outils technologiques, dans cette émergence du « nouveau a tout prix », où les galeristes demandaient aux artistes de donner a voir du jamais vu. Ces aspirations sont toujours d'actualité aujourd'hui, mettent en avant cette société de productivité industrielle et de consommation à outrance.
Dans les milieux artistiques minoritaires, l'on voit apparaître les originaux, les marginaux, qui vont a contre courant, préférant être vrais plutôt qu'être riches, recyclant des matériaux de base dans leurs créations artistiques, souvent boudés des galeristes et des magazines spécialisés.

 

Celui qui à le pouvoir de définir les modes et les codes esthétiques d'une époque et d'une société, détient l'orientation politique, culturelle et historique de cette société.

Sur le plan individuel, celui qui adhère a un courant artistique y trouvera une source de repères culturels sur la base desquels il lui sera possible de construire sa propre réalité intellectuelle et appartenance sociale. 

 

Article de Ganaëlle Stride pour web-therapie.fr

Psycho-Somatothérapeute, Musico-Art-Analyste

Télé-consultation sur Skype : ID = web.therapie

Prise de rendez-vous: http://www.web-therapie.fr/rdv

Repost 0
Published by Ganaëlle Stride - dans ART THERAPIE
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 07:59

L'art-théraie est une approche qui utilise diverses expressions (dessin, collage, argile, peinture, écriture, danse, théâtre, musique, chant...) pour donner une forme extérieure à ce qui se joue à l'intérieur de nous. Créant ainsi un dialogue avec l'inconscient, l'art-thérapie nous permet de le rendre plus visible, plus manifeste, et nous permet de mieux l'intégrer. C'est aussi l'occasion de rencontrer le créateur qui est en nous et de le développer dans nos actes quotidiens.

Voici un petit descriptif de ce que propose l'art-thérapie en s'appuyant sur les différentes formes de pratiques artistiques :

L'art du chant :

La voix est le reflet de notre être, une "empreinte unique", celle de notre corps et de notre psychisme. C'est le premier moment de notre naissance et qui nous accompagne jusqu'à notre dernier souffle...  Il s'agit ici de retrouver le plaisir simple du chant à travers des exercices sonores et respiratoires, et de rencontrer notre voix, notre timbre, "notre identité". Placer la voix, l'affirmer, permet d'améliorer sa qualité d'écoute et d'apprivoiser ses émotions, de s'affirmer en public.

Il existe des correspondances sonores selon les différents chakras et le chant peu venir se poser sur une partie du corps correspondante de la tête aux pieds. Le travail sur la respiration apprend l'ancrage corporel, le contrôle du souffle, stimule le diaphragme et l'abdomen, l'ancrage dans le bassin et les pieds.
Le chant avec les enfants va les stimuler dans l'écoute et la pronociation, avec les personne âgées c'est un travail sur la mémoire qui s'oppère...
Alors chantez maintenant ! 

L'art de la danse :

L'accompagnement thérapeutique dans la pratique de la danse inclue ici une approche de conscience corporelle par le mouvement. Il s'agit d'amener la personne vers le lâcher prise pour plus de fluidité et de créativité. Prendre le temps de sentir et ressentir, d'habiter son propre corps, d'en écouer les rythmes et trouver son équilibre pour se porter dans un mouvement dansé.

La Biodanza est une rencontre avec soi, avec l'autre, avec les autres, dans une dynamique qui s'expérimente en groupe. Les exercices de danse sur des enchainements musicaux stimulent la vitalité et l'energie de vie qui sommeil en nous.  

La Danse Orientale va mettre à l'honneur la féminité, en disant OUI au corps, aux sens, aux émotions, aux sentiments et aux partages. Elle permet d'habiter notre espace intérieur, où l'on prends le temps de respirer, de vibrer et d'onduler chaque partie du corps. La morphologie, l'âge, la souplesse importe peu. L'important c'est l'envie de se sentir femme et d'être en contact avec son plaisir.

L'art de la musique :

L'écoute passive de la musique est bénéfique pour le développement de la concentration, de la reflexion ou de la méditation. L'écoute de mandala sonores, qui sont composés de 5 morceaux successifs et différents, est un exercice particulièrement efficace pour les personnes anxieuses, ou lorsque l'on traverse un moment de vie difficile. Les 5 morceaux de musiques ou de sons différents sont étudiés pour amener le cerveaux a produire des ondes cérébrales différentes. Ainsi, en 20 minutes, la personne traverse les ondes habituellement produitent pas notre cerveau pendant notre sommeil. Il s'agit ensuite de restituer les images, visualisations, sentiments et sensations ressenties pendant l'écoute. Cette restitution pourra faire l'objet d'une analyse ultérieure selon les procédé analytiques classiques d'un rêve.

L'utilisation de la musique est très fréquente en art-thérapie, souvent proposée comme un support sonore pendant une pratique physique : dessin, chant , danse... Il ne s'agit pas pour autant de musico-thérapie a proprement parler.

La musico-thérapie active consiste a jouer concrêtement d'un instrument (tambour, piano, flute, xylophone, etc...) voir même d'utiliser son propre corps comme instrument de percussion, ou de sa voix comme mélodie de base, en s'ajustant à son propre rythme, a sa propre vibration. Des exercices en groupe sont très intéressant pour développer l'écoute de soi et des autres. Il s'agit là de "se faire entendre", autant que "d'être à l'écoute".

L'art du théâtre :

Les exercices liés au théâtre vont principalement se pratiquer en groupe. Prendre la parole devant le public, "se mettre sur le devant de la scène", prendre sa place, se positionner et jouer "son propre rôle"... mais l'objectif est bien de se découvrir a soi-même et non de faire un spectacle de fin d'année.
Les exercices sont principalement de l'improvisation. Très intéressant pour les constellations familiales, les thérapies de couple, les phobies sociales...

Le travail de la mise en scène, avec la réalisation de son masque et de son costume, le jeu avec le "décor" d'ambiance.. va être bénéfique dans un travail analytique plus approfondi. 

J'inclue ici les ateliers de "clown" qui vont développer l'auto-dérision et l'humour tout en restant attaché à la "vérité de Soi".

Les Arts plastiques :

L'utilisation des arts plastiques sont très présents en art-thérapie. Ils sont principalement utilisé comme matériaux de base sur lesquels seront exprimés les émotions et les sentiments.
Dans une approche plus poussée, il est possible de développer le sens esthétique dans un respect de soi et de sa créativité, plutôt que de pousser l'expression négative dans le but de détruire ensuite la réalisation obtenue. La dessus beaucoup d'écoles ont des approches différentes.

Le dessin, le collage, la peinture, la craie grasse, sont des supports visuels très bénéfiques pour les personnes qui souffrent de dépression, car elles ont souvent des difficultées à "imaginer" leur avenir. Des exercices doux et médidatifs (mandalas picturaux, observations d'oeuvres d'arts etc..) pourront les amener a développer leur sens de l'observation et à ensuite développer leurs propres images et imagination.

La créativité avec des matériaux de récupération permet d'aboutir a cette constatation : "tout se transforme, même ce qui semble ne plus pouvoir servir a rien. Alors pourquoi pas moi ? "

L'art de l'écriture :

La thérapie par l'écriture est un très bon accompagnement des personnes intellectuellement précoces. Faire vivre "en corps" les mots qui définissent les maux, se retrouver en groupe avec d'autres et travailler ensemble sur un projet commun, accorder la précocité avec l'affectivité et l'émotionnel dans des interractions sociales...

L'écriture peut également être proposé aux personnes en situation d'echec scolaire, comme par exemple des ateliers de Slam, de poésie... Là aussi on aborde l'interraction social dans un but commun avec un objectif a atteindre, le dépassement de soi et la reconnaissance qui en découle. Poser des mots, peser ses mots, et avancer vers la communication non violente. Car "la violence est la rencontre des corps sans mots".

L'art culinaire :

Une alimentation saine, adaptée à nos besoins et à notre biologie, contribue à maintenir notre capital santé et notre joie de vivre. Garantir notre équilibre et celui de la planète grâce a la production saine et changer nos habitudes de consommations, même avec un petit budget, c'est possible.

Comment réussir un tel challenge? Des ateliers de groupe où tout le monde apporte ses solutions, ses questions, ses idées, ses bons plans, les mettre en pratique, c'est en créant nos recettes ensemble que peut se produire le changement.

 

Les autres forme d'Art :

La visualisation d'un film, la lecture d'un conte ou d'un récit mythologique, la photographie... sont des supports de base sur lesquels pourront venir s'appuyer des productions plasitques, picturales, la réalisation de marionette, de masques et de mise en scènes, chants ou danses... Ainsi, chaque trait apporté et mis en avant pourra faire l'objet d'un début d'analyse, selon la motivation et le souhait de la personne. En groupe, c'est la dynamique du groupe qui est analysé. Chacun peut ensuite approfondir son analyse personnelle en consultation individuelle.

Un artiste qui pratique une activité créative pourra trouver la possibilité de partager sa pratique et de découvrir celle d'autres artistes, découvrir les motivations différentes de chacuns, et apporter leur contribution à l'analyse de la pratique artistique.

 

Psycho-somatothérapeute Arts-thérapeute et Analyste, ma pratique inclue toutes ces formes d'Art selon les descriptions ci-dessus. Certaines font l'objet de collaboration avec d'autres intervenants artistes ou thérapeutes : danse orientale, thérapie par l'écriture, art culinaire, musicothérapie active.

Vous pouvez découvrir quelques mandalas sonores, vidéos et photos sur l'espace détende de mon site internet : www.ganaelle-stride.fr

J'interviens actuellement en cabinet à Romans-sur-Isère dans la Drôme (26) au Dispensaire de Soins Naturels et d'Education à la Santé.

Renseignement et rendez-vous au 06 65 21 62 07

 Article rédigé par Ganaëlle STRIDE-FLAMENT

Le 21/06/2012

 

Article de Ganaëlle Stride pour web-therapie.fr

Psycho-Somatothérapeute, Musico-Art-Analyste

Télé-consultation sur Skype : ID = web.therapie

Prise de rendez-vous: http://www.web-therapie.fr/rdv 

Repost 0
Published by Ganaëlle Stride - dans ART THERAPIE
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 09:37

 

J'écris cet article car je constate que beaucoup de personnes qui viennent me voir en consultation sont en fait en souffrance "à cause d'une autre personne". Il s'agit dans la plupart des cas d'un conjoint pervers narcissique.  

Face a une personne perverse narcissique, il est difficile de rester soi-même. En effet, le pervers agit comme un prédateur qui à remplacé "le désir d'être aimé" par "le besoin de dominer". Pour obtenir cette domination, il va aller jusqu'à détruire l'identité de sa victime en la manipulant et en la harcelant. 

Le pervers ne voit pas les autres comme des "sujets", mais comme des "objets" qui ne sont là que pour valoriser son égo.

Qu'est-ce que la perversion narcissique?

La perversion d'un proche, d'un conjoint, d'un parent ou d'un supérieur peut briser un couple, défaire une vie ou ruiner une carrière professionnelle. Dans sa stratégie, le pervers cherche à déstabiliser l'autre par une séduction flateuse ou un acharnement souvent sournois et subtil. Il va également chercher à le disqualifier et à remettre ses actes et ses paroles en question, de façon systématique.

Il va utiliser la dépendance affective ou financière de l'autre, et jouer avec ses failles (culpabilité, manque de confiance en soi...) en passant par diverses formes de violence verbale, physique et/ou psychologique.

L'intention du pervers est dissimulée, souvent il agit sur un mode de séduction, et il opère par retournement de situation, en prenant soin d'éviter toute forme de preuve, de témoignage ou de dénonciation publique en cas de risque.

Qu'est-ce que la relation perverse?

Il s'agit en fait d'une "anti-relation". En effet, le pervers ne fonctionne pas sous un mode de "relation" car il ne produit que des rapports de forces, donc de pouvoir : séduction, emprise, domination... La perversion va jouer sur tous les plans, inverser la réalité, banaliser les situations graves, dénier les actes, ne pas respecter l'intimité de l'autre, échanger de fausses confidences contre des confidences forcées, renverser les principes humains, retourner les situations en défaveur de la vérité et emprisonner l'autre malgré lui en l'isolant de son entourage, en le privant de ce qu'il aime et de ce qu'il est.

Le pervers instrumentalise l'être humain, et ne concidère personnne comme "sujet". Seul existe son "Je" et la relation aux autres n'est qu'un "jeu". 

Il ne faut pas confondre la perversion narcissique avec le trouble de la personnalité narcissique, qui se caractérise par un grande souffrance intérieure et apparait souvent a la suite d'un traumatisme pendant l'enfance. Les personnes narcissiques sont des gens très sensibles, même s'ils ont une tendance à la manipulation affective et mentale et a l'égocentrisme.

Tout au contraire, la personnalité perverse est dénuée de sentiment. La seule chose qui compte est de pouvoir dominer l'autre et, si nécessaire, de l'écraser. C'est avant tout une nature, un vide en soi-même, compensé par la destruction de l'autre qui procure un plaisir et une jouissance extrême. Le pervers n'a aucun scrupule et aucune limite dans la mise en œuvre de sa cruauté (on parle alors de sadisme).

Comment réagir face a un pervers narcissique?

 

 1) retrouver la confiance en soi :

Pour se confronter a un pervers narcissique, il faut absoluement avoir repris confiance en soi, et entrepris un travail psychothérapeutique qui mènera à une indépendance affective. Il est tout aussi important de retrouver une indépendance financière et de renouer des liens forts avec la famille, ou s'entourer d'un cercle d'amis de confiance. Si l'isolement est vraiment total, il est absolument urgent de contacter la police. 

 

 

2) Cesser de vouloir "le" changer mais faites tout pour "vous" changer


"La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s'attendre à des résultats différents"
Albert Einstein

Il faut cesser de vouloir a tout pris "changer" le pervers, tenter de lui montrer son dysfonctionnement et son comportement. Cela ne lui permet que de renforcer son emprise. Il est impossible de soigner un pervers narcissique car il ne se reconnait pas lui-même comme "malade". Il empoisonne l'existence de ses proches dans des rapports de destruction. Souvent, le pervers narcissique finit ses jours seuls et retourne sa destruction contre lui-même, en devenant hypochondriaque, en développant des maladies psycho-somatiques, ou en devenant le plus souvent paranoïaque.

Concentrez donc plutôt votre énergie sur vous-même, et ne lui donnez aucun moyen de savoir "où vous en êtes" dans votre méfiance et connaissance de ce "qui il est"
Cessez de le prévenir de vos actions, agissez. Mettez tout en place pour le quitter et vous reconstruire une nouvelle vie, mais ne l'informez pas de vos actions, même sous la menace.
Prenez soin de vous. Passez du temps seul(e) pour faire le point, vou sposer les bonnes questions, faire vos choix, méditer, et vous ressourcer.
Protégez-vous. Prenez de la distance, voire soyez indifférent(e) psychologiquement si vous ne pouvez pas prendre de la distance physiquement dans un premier temps.
Pour ce faire, demandez de l'aide à un(e) psychothérapeute qui connait des techniques simple à apprendre et vraiment efficaces.

Par exemple :

 a - Sortir de la triade "victime, bourreau, sauveur", ou "père, mère, enfant" qui consiste à cesser de vous justifier systématiquement et de répondre aux attaques par une attitude de victime, ne pas culpabiliser lorsque le pervers tente de vous faire passer pour le bourreau, et cesser de voler à son secours lorsqu'il vous mène dans un chantage affectif.

Pour ce faire, il est intéressant d'entamer une analyse de vos schémas éducatifs et familiaux. (voir plus bas)

b - La protection neutre consiste a répondre à une question par une autre question, en revoyant systématiquement l'autre sur sa propre sensation ici et maintenant. Par exemple lors d'une attaque lui répondre en demandant : "qu'est-ce que ça te fais de me dire cela?", ou encore face a un reproche "en quoi ça te dérange exactement?". Il s'agit de sortir du jeu et de ne plus y rentrer. Toutes vos façon d'agir et de faire avec le pervers doivent radicalement changer. Ne lui donnez aucune piste ni aucun espoir de retour. 

c - L'autodéfense se résume a quelques règles de base :

Ne plus "réagir" mais "AGIR" : faire ce que vous devez faire, et cesser de le prévenir de vos hypothétiques menaces de passer a l'action...

Cessez de vous justifier : vous faites ce que vous devez faire pour votre propre survie, quoiqu'il vous en coûte. Et c'est VOUS qui avez raison, pas votre prédateur !

Devenez "opaque". Dissimulez systématiquement vote vie, vos proches, vos affaires. Cessez de dire toujours ce que vous faites, où, avec qui, comment, pourquoi... Brouillez les pistes, ne laissez pas vos traces de passage... Pensez que vous êtres une proie en train d'être traquée ! Adoptez la technique du siou, qui consiste à effacer systématiquement les traces qu'on laisse derrière nous !

Restez superficiel(le) et vague sur vos activités, amis, famille... Refusez les confidences, n'entrez pas dans des discussions profondes qui vous mettent à nu.

Evitez la bonne humeur, la spontanéïté, l'impulsivité, faites des phrases courtes, utilisez le "on" et non plus le "je", parlez avec des phrases toutes faites, des proverbes etc...

N'entrez jamais dans les conflits de front. Faites des pirouettes si il le faut sur le ton de l'humour, ou bien jouez l'indifférence. 

Entrainez-vous à garder votre sang-froid en travaillant votre concentration, respiration, en pratiquant la méditation, en vous inscrivant à des cours de Yoga ou d'arts martiaux...

Créez vous des "bulles de temps pour vous", même si c'est en s'enfermant dans les toilettes. Non pas pour "fuire ce calvaire", mais pour nourrir votre esprit avec de bonnes lectures enrichissantes, de faire de que vous aimez, de prendre soins de votre corps.

3) Entamer une analyse : 

Si vous vous appercevez que, malgré tout cela, vous ne parvenez toujours pas à changer vos comportements, et que vous restez ainsi sous l'emprise du pervers narcissique, tâchez de voir avec votre thérapeute pourquoi il vous est si difficile de sortir de cette relation. Vous êtes sans doute en train de répéter, inconsciemment, des schémas familiaux
Il s'agit de comportements relationnels : des "façon d'être avec les autres", appris pendant l'enfance, dans des buts variés, comme "se protéger des autres", ou "une certaine façon de recevoir de l'amour" etc.

"Avant de se confronter au monde, ou à n'importe qui d'autre,

la vraie bataille est de se confronter à soi-même"


Il sera alors temps d'explorer deux choses essentielles, récurentes chez les personnes victimes des prevers narcissiques:

- un manque de confiance en Soi,
- un certain rapport à la souffrance dans vos relations affective avec les autres. 
Par exemple, souffrir de l'autre peut-être perçu comme une preuve d'amour.

Ces deux points sont souvent au centre des relations perverses.
Une question essentielle est à se poser : Souffrez-vous d'une pulsion suicidaire due à un tel manque d'amour propre et de confiance en vous ?

Une chose est sure, le simple désir de vouloir sortir de cette relation perverse prouve que vous avez contacté l'instinct de survie. Vous êtes donc sur le point de vous sauvez de vous-même. Une psycho-thérapie pourra vous aider vraiment, surtout lorsque vous serez tenté de baisser les bras. De plus, elle vous permettra de vous détacher de votre sentiment de culpabilité 


Qu'est-ce qu'une psycho-analyse pourra m'apporter ? 

En entrant en analyse avec votre thérapeute, vous serez accompagné de façon non directive, afin de déceler vos mécanismes inconscients. 
Avant tout, le côté "non directif" va vous permettre de vous prendre en main, et ainsi de conforter votre confiance en vous. Ensuite, il sera question de prendre soin des blessures de votre enfant intérieur. 
Vous apprendrez à faire ce qu'il faut pour vous aimer comme il se doit, et cela vous aidera vraiment à ne plus être dans la dépendance affective ! 

Bien entendu, la dépendance financière est certainement la cause la plus délicate, surtout par ces temps de crise. C'est pourquoi il est impératif de retrouver confiance en vous pour mettre en place votre changement de vie, trouver un travail, etc. et aussi de vous entourer de personnes de confiance qui sont totalement avec vous. N'oubliez pas que vous êtes en danger, et qu'il en va de votre santé psychique. 

Plus aller plus loin : 

Sortir de la dépendance affective : http://web-therapie.fr/articles?id=15

Emission de radio "Prévention Santé" sur la thématique Les pervers narcissiques, les reconnaitre et les éviter. : http://www.prevention-sante.eu/podcast/les-pervers-narcissiques-les-reconnaitre-et-les-eviter-14-janvier-2013/

Lecture "Le Dieu pervers" de Maurice Bellet http://www.mauricebellet.eu/v1/index.phpption=com_content&task=view&id=6&Itemid=9

 

Article de Ganaëlle Stride pour web-therapie.fr

Psycho-Somatothérapeute : http://www.ganaelle-stride.fr/diplome.pdf

Télé-consultation sur Skype : ID = web.therapie

Prise de rendez-vous: http://www.web-therapie.fr/rdv

Venez partager votre opinion concernant cette article sur 10kut

Repost 0
Published by Ganaëlle Stride - dans PSYCHOTHERAPIES
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 09:37


J'écris cet article car je constate que beaucoup de personnes qui viennent me voir en consultation sont en fait en souffrance "à cause d'une autre personne". Il s'agit dans la plupart des cas d'un conjoint pervers narcissique.  

Face a une personne perverse narcissique, il est difficile de rester soi-même. En effet, le pervers agit comme un prédateur qui à remplacé "le désir d'être aimé" par "le besoin de dominer". Pour obtenir cette domination, il va aller jusqu'à détruire l'identité de sa victime en la manipulant et en la harcelant. 

Le pervers ne voit pas les autres comme des "sujets", mais comme des "objets" qui ne sont là que pour valoriser son égo.

Qu'est-ce que la perversion narcissique?

La perversion d'un proche, d'un conjoint, d'un parent ou d'un supérieur peut briser un couple, défaire une vie ou ruiner une carrière professionnelle. Dans sa stratégie, le pervers cherche à déstabiliser l'autre par une séduction flateuse ou un acharnement souvent sournois et subtil. Il va également chercher à le disqualifier et à remettre ses actes et ses paroles en question, de façon systématique.

Il va utiliser la dépendance affective ou financière de l'autre, et jouer avec ses failles (culpabilité, manque de confiance en soi...) en passant par diverses formes de violence verbale, physique et/ou psychologique.

L'intention du pervers est dissimulée, souvent il agit sur un mode de séduction, et il opère par retournement de situation, en prenant soin d'éviter toute forme de preuve, de témoignage ou de dénonciation publique en cas de risque.

Qu'est-ce que la relation perverse?

Il s'agit en fait d'une "anti-relation". En effet, le pervers ne fonctionne pas sous un mode de "relation" car il ne produit que des rapports de forces, donc de pouvoir : séduction, emprise, domination... La perversion va jouer sur tous les plans, inverser la réalité, banaliser les situations graves, dénier les actes, ne pas respecter l'intimité de l'autre, échanger de fausses confidences contre des confidences forcées, renverser les principes humains, retourner les situations en défaveur de la vérité et emprisonner l'autre malgré lui en l'isolant de son entourage, en le privant de ce qu'il aime et de ce qu'il est.

Le pervers instrumentalise l'être humain, et ne concidère personnne comme "sujet". Seul existe son "Je" et la relation aux autres n'est qu'un "jeu". 

Il ne faut pas confondre la perversion narcissique avec le trouble de la personnalité narcissique, qui se caractérise par un grande souffrance intérieure et apparait souvent a la suite d'un traumatisme pendant l'enfance. Les personnes narcissiques sont des gens très sensibles, même s'ils ont une tendance à la manipulation affective et mentale et a l'égocentrisme.

Tout au contraire, la personnalité perverse est dénuée de sentiment. La seule chose qui compte est de pouvoir dominer l'autre et, si nécessaire, de l'écraser. C'est avant tout une nature, un vide en soi-même, compensé par la destruction de l'autre qui procure un plaisir et une jouissance extrême. Le pervers n'a aucun scrupule et aucune limite dans la mise en œuvre de sa cruauté (on parle alors de sadisme).

Comment réagir face a un pervers narcissique?

 

 1) retrouver la confiance en soi :

Pour se confronter a un pervers narcissique, il faut absoluement avoir repris confiance en soi, et entrepris un travail psychothérapeutique qui mènera à une indépendance affective. Il est tout aussi important de retrouver une indépendance financière et de renouer des liens forts avec la famille, ou s'entourer d'un cercle d'amis de confiance. Si l'isolement est vraiment total, il est absolument urgent de contacter la police. 

 

 

2) Cesser de vouloir "le" changer mais faites tout pour "vous" changer


"La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s'attendre à des résultats différents"
Albert Einstein

Il faut cesser de vouloir a tout pris "changer" le pervers, tenter de lui montrer son dysfonctionnement et son comportement. Cela ne lui permet que de renforcer son emprise. Il est impossible de soigner un pervers narcissique car il ne se reconnait pas lui-même comme "malade". Il empoisonne l'existence de ses proches dans des rapports de destruction. Souvent, le pervers narcissique finit ses jours seuls et retourne sa destruction contre lui-même, en devenant hypochondriaque, en développant des maladies psycho-somatiques, ou en devenant le plus souvent paranoïaque.

Concentrez donc plutôt votre énergie sur vous-même, et ne lui donnez aucun moyen de savoir "où vous en êtes" dans votre méfiance et connaissance de ce "qui il est"
Cessez de le prévenir de vos actions, agissez. Mettez tout en place pour le quitter et vous reconstruire une nouvelle vie, mais ne l'informez pas de vos actions, même sous la menace.
Prenez soin de vous. Passez du temps seul(e) pour faire le point, vou sposer les bonnes questions, faire vos choix, méditer, et vous ressourcer.
Protégez-vous. Prenez de la distance, voire soyez indifférent(e) psychologiquement si vous ne pouvez pas prendre de la distance physiquement dans un premier temps.
Pour ce faire, demandez de l'aide à un(e) psychothérapeute qui connait des techniques simple à apprendre et vraiment efficaces.

Par exemple :

 a - Sortir de la triade "victime, bourreau, sauveur", ou "père, mère, enfant" qui consiste à cesser de vous justifier systématiquement et de répondre aux attaques par une attitude de victime, ne pas culpabiliser lorsque le pervers tente de vous faire passer pour le bourreau, et cesser de voler à son secours lorsqu'il vous mène dans un chantage affectif.

Pour ce faire, il est intéressant d'entamer une analyse de vos schémas éducatifs et familiaux. (voir plus bas)

b - La protection neutre consiste a répondre à une question par une autre question, en revoyant systématiquement l'autre sur sa propre sensation ici et maintenant. Par exemple lors d'une attaque lui répondre en demandant : "qu'est-ce que ça te fais de me dire cela?", ou encore face a un reproche "en quoi ça te dérange exactement?". Il s'agit de sortir du jeu et de ne plus y rentrer. Toutes vos façon d'agir et de faire avec le pervers doivent radicalement changer. Ne lui donnez aucune piste ni aucun espoir de retour. 

c - L'autodéfense se résume a quelques règles de base :

Ne plus "réagir" mais "AGIR" : faire ce que vous devez faire, et cesser de le prévenir de vos hypothétiques menaces de passer a l'action...

Cessez de vous justifier : vous faites ce que vous devez faire pour votre propre survie, quoiqu'il vous en coûte. Et c'est VOUS qui avez raison, pas votre prédateur !

Devenez "opaque". Dissimulez systématiquement vote vie, vos proches, vos affaires. Cessez de dire toujours ce que vous faites, où, avec qui, comment, pourquoi... Brouillez les pistes, ne laissez pas vos traces de passage... Pensez que vous êtres une proie en train d'être traquée ! Adoptez la technique du siou, qui consiste à effacer systématiquement les traces qu'on laisse derrière nous !

Restez superficiel(le) et vague sur vos activités, amis, famille... Refusez les confidences, n'entrez pas dans des discussions profondes qui vous mettent à nu.

Evitez la bonne humeur, la spontanéïté, l'impulsivité, faites des phrases courtes, utilisez le "on" et non plus le "je", parlez avec des phrases toutes faites, des proverbes etc...

N'entrez jamais dans les conflits de front. Faites des pirouettes si il le faut sur le ton de l'humour, ou bien jouez l'indifférence. 

Entrainez-vous à garder votre sang-froid en travaillant votre concentration, respiration, en pratiquant la méditation, en vous inscrivant à des cours de Yoga ou d'arts martiaux...

Créez vous des "bulles de temps pour vous", même si c'est en s'enfermant dans les toilettes. Non pas pour "fuire ce calvaire", mais pour nourrir votre esprit avec de bonnes lectures enrichissantes, de faire de que vous aimez, de prendre soins de votre corps.

3) Entamer une analyse : 

Si vous vous appercevez que, malgré tout cela, vous ne parvenez toujours pas à changer vos comportements, et que vous restez ainsi sous l'emprise du pervers narcissique, tâchez de voir avec votre thérapeute pourquoi il vous est si difficile de sortir de cette relation. Vous êtes sans doute en train de répéter, inconsciemment, des schémas familiaux
Il s'agit de comportements relationnels : des "façon d'être avec les autres", appris pendant l'enfance, dans des buts variés, comme "se protéger des autres", ou "une certaine façon de recevoir de l'amour" etc.

"Avant de se confronter au monde, ou à n'importe qui d'autre,

la vraie bataille est de se confronter à soi-même"


Il sera alors temps d'explorer deux choses essentielles, récurentes chez les personnes victimes des prevers narcissiques:

- un manque de confiance en Soi,
- un certain rapport à la souffrance dans vos relations affective avec les autres. 
Par exemple, souffrir de l'autre peut-être perçu comme une preuve d'amour.

Ces deux points sont souvent au centre des relations perverses.
Une question essentielle est à se poser : Souffrez-vous d'une pulsion suicidaire due à un tel manque d'amour propre et de confiance en vous ?

Une chose est sure, le simple désir de vouloir sortir de cette relation perverse prouve que vous avez contacté l'instinct de survie. Vous êtes donc sur le point de vous sauvez de vous-même. Une psycho-thérapie pourra vous aider vraiment, surtout lorsque vous serez tenté de baisser les bras. De plus, elle vous permettra de vous détacher de votre sentiment de culpabilité 


Qu'est-ce qu'une psycho-analyse pourra m'apporter ? 

En entrant en analyse avec votre thérapeute, vous serez accompagné de façon non directive, afin de déceler vos mécanismes inconscients. 
Avant tout, le côté "non directif" va vous permettre de vous prendre en main, et ainsi de conforter votre confiance en vous. Ensuite, il sera question de prendre soin des blessures de votre enfant intérieur. 
Vous apprendrez à faire ce qu'il faut pour vous aimer comme il se doit, et cela vous aidera vraiment à ne plus être dans la dépendance affective ! 

Bien entendu, la dépendance financière est certainement la cause la plus délicate, surtout par ces temps de crise. C'est pourquoi il est impératif de retrouver confiance en vous pour mettre en place votre changement de vie, trouver un travail, etc. et aussi de vous entourer de personnes de confiance qui sont totalement avec vous. N'oubliez pas que vous êtes en danger, et qu'il en va de votre santé psychique. 

Plus aller plus loin : 

Sortir de la dépendance affective : http://web-therapie.fr/articles?id=15

Emission de radio "Prévention Santé" sur la thématique Les pervers narcissiques, les reconnaitre et les éviter. : http://www.prevention-sante.eu/podcast/les-pervers-narcissiques-les-reconnaitre-et-les-eviter-14-janvier-2013/

Lecture "Le Dieu pervers" de Maurice Bellet http://www.mauricebellet.eu/v1/index.phpption=com_content&task=view&id=6&Itemid=9

 

Article de Ganaëlle Stride pour web-therapie.fr

Psycho-Somatothérapeute : http://www.ganaelle-stride.fr/diplome.pdf

Télé-consultation sur Skype : ID = web.therapie

Prise de rendez-vous: http://www.web-therapie.fr/rdv

Venez partager votre opinion concernant cette article sur 10kut

Repost 0
Published by Ganaëlle Stride - dans PSYCHOLOGIE
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 08:18

Nous sommes les créateurs de notre réalité.

 

L'Art-Analyse est une discipline qui permet, par l'Art, de développer notre potentiel créatif, et par l'Analyse, de comprendre les mécanismes qui sous-tendent ce potentiel et son fonctionnement afin de l'intégrer dans sa vie de tout les jours.

Comprendre comment ma créativité a pu être bridée, influencée, détournée ou éxacerbée par moi-même, par besoin affectif ou de reconnaissance, ou par le monde extérieur, familial ou social...  cela m'a été possible dans une démarche artistique, thérapeutique et analytique. L'étude littéraire de Carl Gustave Jung, introduite par une formation en psychologie Transpersonnelle, et un contact régulier avec les artistes contemporains Aborigènes m'ont permis de construire un fil conducteur pour mettre en place des ateliers associant l'Art et l'Analyse Transpersonnelle.

L'art est utilisé au départ comme médium, puis au fil des séance, il devient un support de la pensée créatrice, à l'image des objets sacrés et rituels que l'on retrouve chez les peuples premiers de tout temps. 

Suivre une Art-Analyse exige donc du temps, et une implication totale de la part des personnes qui constituent le groupe, afin de permettre a chacun de travers en conscience et en sécurité, les rapports qu'il entretient avec lui-même, avec son corps, ses émotions, son fonctionnement mental, et dans ses interractions avec les autres, sur le plan familial et social. Ainsi, chacun se permet d'accéder doucement a une prise de conscience de sa propre vibration energetique en synergie avec le groupe, une ouverture sur les plans psychiques et archétypiques, pour parvenir, chemain faisant, à la "Conscience Créative".  

Au minimum 8 stages en groupe sont nécessaires pour faire ce chemin a la rencontre de son potentiel créatif. Ces stages se décomposent en 4 séquences comportant chacunes 2 séances de 4h.

Ces séances peuvent être entre entre-coupées de consultations individuelles pour les personnes qui on besoins daide pour intégrer mentalement ou physiquement les vécus traversés pendants les séances en groupe.

Il est a noter que le travail art-analytique en groupe est beaucoup plus fort et rapide qu'un travail analytique individuel, car chaque membre du groupe est porteur d'un transfert et contre transfert a chaque fois analysé dans un temps de parole d'introduction et de fin de séance, et lors des "social dreaming", où l'on se réuni en cercle pour entendre les rêves de ceux qui souhhaitent les transmettres au groupe. 


Pour toute proposition, information ou prise de contact, merci de me contacter au 06 65 21 62 07

      Ganaëlle Stride



 

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans ART THERAPIE
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 19:56

La recherche du bien-être est un besoin fondamental. 
C'est la quête de toute une vie et il n'y a que Soi qui puisse nous permettre d'y accéder.

Avec près de 200 méthodes de psychothérapies répertoriées, il n'est pas facile de savoir vers qui se tourner avec confiance lorsque l'on est en souffrance. C'est pourquoi j'ai conçu et créé web-thérapie avec l'aide de mon mari web master, et que j'ai choisi d'y être présentée avec d'autres praticiens. Ainsi, nous pouvons offrir un large pannel de personnalités, d'expériences, d'outils et de méthodes.

"Il n'y a pas tout, mais il y a plein"   Dr Richard Meyer*

Le chemin vers la connaissance de Soi ne peut ni se réduire à une méthode ni être évaluée. Pour trouver l'apaisement nécessaire au bien-être, il n'y a que votre motivation, votre confiance en vous et votre sincérité. Mais il est parfois tellement difficile de se relever que se faire accompagner par un thérapeute devient indispensable.

L'efficacité d'un thérapeute tient dans une technique, une école, à l'ancienneté de pratique autant qu'à l'expérience de vie personnelle du thérapeute. Son chemin personnel va lui permerte de vous accompagner, de comprendre où vous en êtes, de vous accueillir et vous guider, parcourant un chemin qu'il a auparavant lui même emprunté.

Ce lieu a été créé afin de vous permettre de faire connaissance avec vous-même.

 

Ma pratique professionnelle est composée d'une formation universitaire en psychologie clinique à l'université de Lille 3 et d'un diplôme de psycho-somatothérapeute spécialisée en musico et art-thérapie. Je pratique la psychothérapie humaniste et l'analyse intégrative. Ce diplôme à été reçu à la fin d'une formation de 5 années à l'Ecole Européenne de Psychothérapie Socio et Somato Analytique EEPSSA

Pendant mes 5 années de formation, j'ai suivi une psychothérapie puis une psychanalyse, qui m'ont permis de dépasser mes angoisses, affronter mes fantômes intérieurs, reconstruire ma vie affective et familiale, développer ma sensibilité et ma spiritualité. Je peux témoigner de la grande importance de la créativité dans ces processus de changements intérieurs.

Après avoir été diplômée, j'ai poursuivit un travail personnel en partenariat avec un de mes formateurs, Michel Bon, qui m'a initiée et formée à la musicothérapie réceptive par le biais de l'utilisation des mandalas sonores. C'est aujourd'hui l'outils que j'utilise le plus souvent car il est, à mon sens, le mieux adapté au plus grand nombre. La pratique que j'en fais auprès de mes patients en institution me montre chaque jour son efficacité.

Outre les consultations sur web-thérapie, je suis intervenante à domicile auprès d'une personne souffrant de la maladie d'Alzheimer, j'interviens en institution psychiatrique en musicothérapie auprès de personne souffrant de pathologies lourdes (autisme, huntington..), et j'exerce également en cabinet en art-thérapie et psycho-somatothérapie.

 

La téléconsultation sur web-thérapie avec Ganaëlle Stride, comment ça fonctionne ? 

Sur web-thérapie, les praticiens sont libre de définir certaines conditions adaptées à leur pratique. Voici les miennes :

La première consultation est gratuite.

Les télé-consultations se font sur Skype.

 

Les rendez-vous sont réguliers et pris à chaque fin de séance, en général toutes les deux semaines.

Entre les séance, des échanges peuvent se faire gratuitement par sms ou par email en cas d'urgence ou de besoin.

 

Comment prendre rendez-vous ? 

- par téléphone : 06 65 21 62 07

- par email : contact@web-therapie.fr

- par skype : web.therapie

- en réservant directement ici : http://web-therapie.fr/dispo

 

AVERTISSEMENTS :

Une consultation en psycho-somatothérapie ne peut pas se faire en téléconsultation. Cette pratique nécessite une relation directe en face à face et ne se substitue pas à une consultation médicale. Cependant, pour toute autre forme de téléconsultation, l'ordonnance de votre traitement actuel ou certificat de votre médecin traitant pourra vous être demandé à titre informatif. 

Un rendez-vous annulé à la dernière minute sans préavis est dû. Au bout de trois annulations successives sans préavis et sans motif réel, votre web-thérapeute peut décider de ne plus vous  proposer de rendez-vous.  

Votre web-therapeute peut vous porposer des exercices à pratiquer entre les séances (travail d'écriture, questionnaires, etc.)
Ces exercices permettent à la fois d'orienter le web-thérapeute dans l'accompagnement qu'il vous propose et d'évaluer votre implication dans suivit.

Un bilan sera fait tout les 6 mois afin de déterminer de l'efficacité de l'accompagnement qui vous a été proposé. Vous pourrez alors choisir de continuer ou d'arrêter le suivit, soit pour un temps, soit définitivement. Il est préférable d'en parler avec votre thérapeute lors de votre dernière consultation.

Les absences, retards, non réalisation des exercices, seront étudiés en séances analytiques et pris en compte dans le bilan des 6 mois.

 

* Richard MEYER est le fondateur et directeur de l'Ecole Européenne des Psychothérapie Socio-Somato-Analytique

Repost 0
Published by Ganaelle - dans ART THERAPIE
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 14:19

 La boulimie et l'anorexie sont des troubles du comportement alimentaires.


Qu'est-ce qu'un Trouble ?

Un Trouble est un comportement souvent impulsif, c'est à dire plus fort que la volonté, et qui perturbe le bien être de la personne dans sa vie personnelle, familiale et sociale. 

A quoi ce comportement est-il dû ? 

Les causes du Trouble du Comprtement Alimentaire sont multiples et variables.. On peut dire qu'il existe une cause spécifique à chaque personne qui souffre de ce trouble. La plupart du temps, le trouble débute sur un sentiment psychologique induit par un évènement extérieur : cela peut-être de l'agressivité d'autrui provoquant de la honte, ou encore un traumatismes affectifs lié à une agression, à un accident ou à la perte d'une personne proche...  

Les causes neuro-biochimiques :

Les exhausteurs de goût utilisés dans tout les produits alimentaires issus de l'industrie (Glutamate et Aspartame principalement) pourraient être à l'origine du mal être ressenti par les personnes qui souffrent de TCA.
Les E (+numéro) que l'on trouve dans la majorité de nos aliments, (depuis les petits plats pour bébé !) vont agir dans le cerveau pour envoyer des petits signaux éléctriques qui vont nous faire ressentir le sentiment que : " mmmh ... c'est bon... !! "
Tout comme dans le mécanisme de la dépression, imaginons un petit sac plein de petits mots donnant l'information au cerveau " mmmh.. c'est bon... ! "
Et bien, les exhausteurs ont une action cérébrale qui va libérer un petit message du sac, a chaque fois que l'on mange quelque chose artificiellement salé ou sucré.
Le problème, c'est qu'a grande dose, le petit sac fini par ne plus avoir de petit messages "mmmh... c'est bon.."  Quoique l'on mange, il y a petit a petit perte du goût, et donc de plaisir et d'appétit. 

Hors, le plaisir de manger est un des premiers plaisir que nous ayons au moment de notre venue au monde ! Le bébé qui vient de naître est tout de suite rassuré quand il est posé sur le sein de sa maman ! 

Lorsque la perte du goût est atteinte, il y a deux cas de figure : 

- 1 - La personne ne ressent plus le besoin ni l'envie de manger. Elle arrête tout simplement de s'alimenter.

- 2 - La personne est devenue "dépendante" à cette stimulation.. tout comme le toxicoman qui va stimuler d'autres zones de son cerveau en usant de drogues euphorisantes, la personne va ici rechercher le plaisir de manger, alors qu'elle ne pravient plus qu'à se "remplir" sans ressentir le moindre plaisir à le faire. 
Il peut s'en suivre un sentiment de honte, ou de culpabilité, ou de peur d'exclusion sociale... qui va pousser la personne à se faire vomir, par exemple...

Ces comportement s'insinuent dans le quotidien de façon très lente et progressive, et la personne qui est atteinte va plutôt s'enfermer et s'isoler au lieu d'en parler..  Lorsque il devient un reflexe, un automatisme, une habitude, on parle alors de Trouble du Comportement Alimentaire. 

Les causes psycho-affectives :

Les problèmes alimentaires sont également lié à l'affectif. L'estomac plein, le bébé se sent rassuré dans les bras de sa maman, et ceci il l'apprends dès la première heure qui suit sa naissance ! 

Lorsqu'il y a de l'angoisse, la première chose que l'on dit c'est : "j'ai une boule au ventre" ! 

Cela veux dire "je ne suis pas suffisammenet rassurée pour pouvoir digérer ce que j'ai mangé" de même ne disons-nous pas : "je n'arrive pas à "digérer" ce qui vient de m'arriver"  lorsqu'il nous arrive quelquechose de grave?  

Ce sentiment est encore pire lorsqu'il est récurrent dans le quotidien (harcellement, abus de pouvoir, violence répétitive, autoritié parentale extrèmement perfectionniste et non permissive, etc...)

La solution pour la personne victime est parfois, inconsciemment, de s'effacer, disparraitre, chercher à ne plus exister...  

Le mal être peut aussi venir d'une idée récurrente de la personne elle-même, persuadée d'avoir une image dévalorisante, si elle est ultra-perfectionniste envers elle-même et voulant atteindre de objectifs irréalisables. Ceci peut provenir d'un énorme manque de confiance en elle, né peut-être d'un manque de repère pendant l'enfance. (famille nombreuse, non-présence des parents, etc...)

Généralement, les personnes qui souffrent de TCA ont un profil psychologique qui met en avant :

- un manque de confiance en Soi, ou une faible estime de soi
- de l'anxiété (il s'agit d'un sentiment de peur diffuse sans objet réel pouvant provoquer cette peur)
- une certaine forme de dépression
- une tendance à réagir sur le mode "tout ou rien"
- un manque affectif
- des difficultés de communication et peu de relations avec les autres 
- des vécus traumatisants pendant l'enfance : violences psychologiques, violences physiques, agressions morales ou sexuelles.

Les facteurs déclanchants les plus fréquemment détectés sont :

- le deuil, ou la perte d'une personne proche (décès, maladie, divorce, déménagement...)
- de nouvelles exigences qui parraissent insurmontables (à l'école ou au travail )
- la décision de suivre un régime drastique ( dans 90 % des cas, la boulimie s'installe suite à un régime trop violent qui destabilise l'équilibre alimentaire)
- le vécu de la sexualité ( première expérience sexuelle induite par une pression extérieure plsuque par un désir réel de la personne, par exemple pour faire "comme" les autres... )
- blessures liées à des moqueries concernant l'apparence physqique
- etc...........

* la liste est non exhaustive ! Vous pouvez faire part de vos propositions en laissant un commentaires... 

Mes propositions thérapeutiques : 

Loin de prétendre avoir la solution pour aider à lutter contre ces troubles, il s'agit selon moi d'apporter une aide pluri-disciplinaire aux personnes souffrant de TCA. 

Pour ma part, je propose de reprendre goût à la vie par le biais de l'art et de la créativité. Le travail thérapeutique se fait de différente façon,en fonction des points que la personne souhaite améliorer. Par exemple :
- si la personne qui souffre de TCA souhaite retrouver confiance en Soi, je proposerais des exercices d'expression de Soi par le biais du théâtre, du chant, de la danse, ou de la musique ...
- si la personne a plutôt envie de faire la rencontre de sa véritable personne, et se recréer à son image, je proposerais un travail sur le mandala corporel, le masque, la peinture, l'écriture etc...

Il n'est pas possible de définir un plan art-thérapeutique à l'avance puisque tout dépend de là où en est la personne, de ses attentes, de ses demandes...

En tout cas, il me semble primordiale de retrouver une alimentation saine, même si c'est en très petite quantité. La saveur d'un fruit ou d'un légume non traité sera toujours plus appréciable. 
Tout le monde mange ! et cela tout les jours !

Le contact avec la terre et la nature est aussi un plus pour retrouver le goût de vivre.(jardinnage, randonnées, marches au grand air...)

Alors c'est un combat de tout les jours que vivent les personnes atteintes de TCA, dans un monde où chaque jour est différent ! 


Rédaction : Ganaëlle Stride. Sources, un peu par-ci un peu par-là,
sur internet et dans mes lectures et expériences  personnelles.

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans ASSOCIATIONS INFO
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 09:22

"La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur..."

Carl Gustav Jung.


 


Le puits
envoyé par larduxfilms. - Les dernières bandes annonces en ligne.

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans MEDITATION
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 17:03

 

Il nous reste en effet des places pour vous accueillir lors du stage d'essai
"Les quatre temps du souffle
que Colette Besson et moi-même animerons 
dans le cadre de l'association 
Madyanima Terre & Conscience 
les 12, 13 et 14 novembre 2010 
dans la salle "Les Arbods" à Divajeu,
stage dont vous trouverez le descriptif ci-joint
A ce descriptif qui paraît peut-être un peu sévère j'ajoute le programme des soirées :
soirée 1 : mandala
soirée 2 : pratique vocale 
soirée 3 : danse !
Comme il s'agit pour nous de tester notre contenu de stage et notre co-animation, seule une adhésion à l'association sera demandée aux participants (12 €). Les contributions financières libres seront néanmoins les bienvenues si vous le souhaitez, en fonction de ce que vous aurez reçu. 
Côté hébergement : nous avons choisi l'option stage résidentiel car il est préférable pour vous de loger sur place. Nous sommes accueillis dans un lieu chaleureux proche de Crest (Divajeu) et hébergés en dortoir pour un prix modique. Un ami se chargera de nous préparer de sympathiques repas bio avec les produits de sa production essentiellement.
Nous tenons à faire cette première expérience avec un petit groupe de personnes de notre connaissance directe (moins de 8 personnes). Ne tardez donc pas à vous signaler si vous êtes intéressés ! 
Précisions pratiques :

STAGE EN RÉSIDENTIEL  "LES QUATRE TEMPS DU SOUFFLE"
du vendredi 12 novembre à 14h au dimanche 14 novembre à 17h
Lieu : Les Arbods, Association Du souffle au chant, 26 400 Divajeu - dusouffleauchant@gmail.com   ,      www.lasalledesarbods.com

Coût animation : adhésion à Madyanima (12 €) + contribution financière libre bienvenue
Coût hébergement : 10 €/nuit en dortoir (draps non fournis, 2 douches + 2 WC) + participation nourriture à définir (4 repas + 2 petits-déj.)
Contact : Marie-Claude : 06 12 52 66 32 - 04 27 17 10 97
Bien à vous
Marie-Claude Ozanne
Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article

Présentation

  • : Psychothérapie à Valence (26) - Musicothérapie - Art-thérapie - Psycho-somtothérapeute
  • Psychothérapie à Valence (26) - Musicothérapie - Art-thérapie - Psycho-somtothérapeute
  • : Psycho-somatothérapeute, Musico et Art-thérapeute, Analyste, formation universitaire + Ecole Européenne des Psychothérapies Socio-Somato-Analytiques. Sur ce blog, vous trouverez des informations concernant l'Art et la Psychothérapie, des liens utiles, que des articles concrets et sérieux, des stages...
  • Contact