Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Écrit par Jean-Luc   
12-03-2007

   L'écoute du symbolique du corps 

J.L. Deconinck 


Cette écoute pose question…
Vivre avec cette question, cheminer avec elle…  Pour à votre tour pouvoir être créatifs avec cette question, et l'utiliser avec d'autres personnes en étant créatifs pour la situation… C’est à éveiller, c’est à dire être présents,  être créatifs dans cette écoute de l'inconscient du corps… 


LE CORPS PARLE

Comment le corps parle-t-il ? Comment le corps est-il d'abord une façon d'être dans le mouvement, dans la manière de nous tenir, d'être présent dans la place que nous occupons dans une pièce ! ?


Et donc nous pouvons approcher la personne dans sa façon d'appréhender les autres, d'entrer en  relation, avec le monde : cette façon peut être simplement dans le recul par rapport à l 'autre, dans l’approche, dans «l’allant vers » ou dans l’hésitation. Et l'écoute de l'inconscient du corps, c'est tout ça : tous ces aspects, ces différentes façons de parler à travers le corps : "la geste".
Il s’agit aussi dans un travail d’accueillant et dans une écoute, non seulement d’écouter et de percevoir tout cela mais de vivre avec ces différentes façons de parler ; de vivre ensemble avec l’autre quelque chose de  signifiant, non pas simplement de réel, mais qui ait du sens. Essayez donc de vivre avec ce corps, avec cette personne en sentant quelque chose de ce qui se symbolise. Cela implique d'abord d'avoir un grand respect pour la place qu'occupe l’autre, et qu'occupe ce qu'il vient de dire à travers son corps.


C'est  la première chose pour que nous soyons présents, pour qu'il accepte que   nous soyons présents avec lui dans le symbolique : respecter et puis éveiller quelque chose pour que l'autre puisse se laisser aller à venir vers vous, à venir se confier.

Cette attitude qui permet à l'autre de venir à soi est déjà présente dans l'invitation que je fais à l'autre dans ce qu'il vit. Il ne s’agit pas tellement d’être l’écoutant qui "fait " quelque chose mais c'est dans la mesure où je vais inviter l'autre à venir, à pouvoir y aller, se confier, parler que je vais pouvoir aussi en retour écouter et ensuite confirmer ce qu'il m'a confié.
Cette attitude de confirmation dont on parle peu en psychologie et en psychanalyse, si peu présente dans notre civilisation, peut se traduire par un geste. C'est à l'occasion la main sur l'épaule qui vient dire "mais oui, voilà ce qui s'est vécu, voilà ce qui s'est dit, je te le confirme" et d'une certaine manière à ce moment  là la parole s'incarne dans le corps, la parole prend place, est ressentie et est vécue. Cette confirmation peut être un regard ou tout simplement une parole mais qui vient reprendre, redire, redonner à l'autre ce qu'il est, ses qualités d'être : "voilà qui tu es, ce que nous avons vécu ensemble, ce qui s'est passé".  Donc cette parole vient "prendre corps" à l'intérieur du corps, elle est vécue, elle est ressentie, si elle est juste, c'est à dire si elle vient au bon moment, dans un temps d'intuition de ce qui s'est passé.C'est certainement une des choses pour laquelle j'insiste le plus en formation, c'est cet outil de la sensibilité auquel l’écoutant a à donner toute sa dimension, particulièrement dans la sensibilité, non seulement des différents organes de sens mais aussi de l'intuition, cette sensibilité du cœur.


QUELQU'UN D'AUTRE


Lorsque quelqu'un nous parle, c'est lui qui parle mais aussi parfois à travers lui, quelqu'un d'autre, il se fait que : qui je suis, passe d'abord par le fait d'être quelqu'un d'autre.
Pour l'enfant c'est tout le processus d'identification qui va donner lieu au fait qu'il parle et au fait qu'il soit à la fois lui-même dans sa gestuelle, dans son caractère (qui est déjà perceptible dans la période fœtale, chaque enfant ayant sa façon d'être), mais qu'il incarne aussi ce qui lui sera donné à voir et à entendre par ses parents et par les personnes qui lui sont proches.Et dans tout le travail psychologique il y a quelque chose qui vient se répéter, qui se transfère, de la façon dont il a été avec les autres et dont ils ont été avec lui qui, inévitablement, fait que l’enfant vous prend aussi pour quelqu'un d'autre. Il va nous faire incarner justement différents personnages. C'est en parlant à nous-mêmes, autre que la personne qu'il nous fait incarner, en mettant ce décalage, (il nous parle comme à sa mère mais ce n'est pas sa mère) que quelque chose d'autre : du tiers, va advenir et que, peut-être, il pourra en retour parler à sa mère autrement.


Lire la suite : http://www.jldeconinck.be/index.php?option=com_content&task=view&id=24&Itemid=32

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Psychothérapie à Valence (26) - Musicothérapie - Art-thérapie - Psycho-somtothérapeute
  • Psychothérapie à Valence (26) - Musicothérapie - Art-thérapie - Psycho-somtothérapeute
  • : Psycho-somatothérapeute, Musico et Art-thérapeute, Analyste, formation universitaire + Ecole Européenne des Psychothérapies Socio-Somato-Analytiques. Sur ce blog, vous trouverez des informations concernant l'Art et la Psychothérapie, des liens utiles, que des articles concrets et sérieux, des stages...
  • Contact