Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 01:04

STRIDE GANAËLLE Membre privilège

Art-thérapie, Musicothérapie, Psychanalyse, Rebirth, Relaxation, Somatothérapie, Thérapie de couple, Thérapie Psychocorporelle


En cabinet au 149 RUE FAVENTINES

26000 VALENCE
France

 

Horaires :
Du lundi au samedi de 10h00 à 20h00
Tarif :
60 euros pour une séance d'1h30. Téléconsultations 50€ la séance, identifiant skype : web.therapie

 

http://www.annuaire-therapeutes.com/therapeutes/stride-ganaelle-art-therapie-musicotherapie-psychanalyse-rebirth.html

Téléphone : 06 65 21 62 07
Site web : web-therapie.fr/

Repost 0
Published by Ganaëlle Stride - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 04:23

Ceci peut sembler assez paradoxal d'appliquer une thérapie autour de l'informatique. Et pourtant, la relation que l'on entretient avec ces appareils complexes est souvent aussi proche qu'avec des êtres vivants.

Une relation complexe

L'informatique, par le biais des micro-ordinateurs, des smartphones, des tablettes, prend une place de plus en plus importante dans notre vie. Ces outils accroisssent notre productivité, nous divertissent, éprouvent notre créativité, nous ouvre au reste du monde, et nous leur en sommes reconnaissants.

StressCependant, il suffit que quelque chose n'aille pas dans notre sens pour que l'appareil en face de nous soit insulté, parfois violemment maltraité. Faisons-nous de même avec le marteau qui aterrit sur notre doigt ou la serrure qui se coince.

De plus, l'outil informatique apporte quelque chose de plus qu'un marteau, qui a une fonction finie : l'ajout de fonctionnalités par des logiciels ou des sites Web. Plus l'outil devient polyvalent, plus notre relation avec lui deviendra ambigüe, au point de devenir notre ami, notre confident, notre drogue.

Les causes des dysfonctionnements

Ca ne marche pas ! entend-on souvent dire. "ça", c'est un grain de sable dans l'engrenage complexe des lignes de programmation des logiciels installés sur votre appareil. On peut distinguer les "bugs" suivants :

Bug de compatibilité matérielle

C'est un bug fréquent sur les appareils mobiles et concerne la taille de l'écran, la puissance minimale du processeur, la capacité minimale de mémoire... Il s'agit majoritairement de ressources trop faibles pour favoriser la bonne marche du logiciel.

Il existe aussi d'autres incompatibilités : un appareil en Firewire (ancien port des camescopes numériques) ne peut être branché que sur un PC équipé lui aussi de port Firewire ; une entrée son pour appareil hi-fi n'acceptera pas de microphone car la sensibilité d'entrée de ce dernier est trop faible, etc.

Sad Mac

Bug de compatibilité logicielle

C'est un des bugs les plus complexes, car il faut savoir qu'un logiciel (un programme, une application, c'est la même chose) n'est pas autonome et nécessite des fichiers mis à disposition par le système (MacOS X sur Mac, Windows, Linux, Android sur smartphone...), et que ces derniers évoluent très rapidement. De ce fait, des fonctionnalités peuvent devenir obsolètes sur des nouveaux systèmes et absentes sur d'anciens systèmes (pour info, il existe plus de 10 versions d'Android déployées sur le marché).

Les problèmes de pilotes matériels subissent le même sort. Un pilote est un fichier faisant le lien entre les programmes et les matériels (cartes graphiques, manettes, etc.).

Bug de programmation

La hantise des développeurs. Il s'agit principalement de cas de figures non gérés entrainant une réaction inappropriée du logiciel : appui sur plusieurs boutons simultanément, non-attente de fin de traitement, erreur de gestion d'allocation de mémoire (on sature ou on va grapiller de la place sur la mémoire allouée à d'autres programmes, qui plantera)...

Les plus fainéants laisseront passer tous les cas d'erreurs (on continue), les plus précautionneux afficheront un message, avec la possibilité d'envoyer des données pour faciliter la correction au développeur (version du système, du matériel, autres programmes actifs...).

Neutrinos

Les neutrinos sont des particules cosmiques qui ont la propriété de modifier la valeur des transistors dans les microprocesseurs. Ces derniers étant gravés de plus en plus finement, ils deviennent donc de plus en plus sensibles à ces particules.

Ces particules se dissipent partiellement en traversant l'atmosphère, mais sont beaucoup plus nombreuses en altitude. De ce fait, les cas de plantage se multiplient au fur et à mesure que l'on grimpe, notamment en avion.

Electricité statique

Electricité statiqueVoici le point où va jouer la thérapie. L'énervement, la colère, le stress, génèrent en nous des flux d'électricité que nos machines sont en mesure d'absorber. Mais à trop forte dose, cette électricité peut altérer le bon fonctionnement de l'appareil, voire le rendre inutilisable.

Ainsi, en gérant son stress, en mettant de la distance sur la relation que l'on porte à l'outil informatique, on arrive à une meilleure utilisation et une plus grande longévité des composants.

Cela peut se faire de différentes manières : relaxation, méditation, changement d'habitudes quant à l'utilisation de la machine, limitation des objets, épuration de l'environnement...

Mon plus

Je peux, en tant que webmaster, créer les outils dont vous avez besoin, qui vont répondre à votre demande, avec la capacité de le faire évoluer et de l'adapter.

Contactez-moi sur Skype pour que nous vous apportions la sérénité d'emploi de l'outil informatique alliée à l'efficacité espérée.

Ma devise : n'utilisez pas un tournevis pour planter un clou.
Demandez un marteau !

Repost 0
Published by Aurélien Stride - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 17:03

 

Il nous reste en effet des places pour vous accueillir lors du stage d'essai
"Les quatre temps du souffle
que Colette Besson et moi-même animerons 
dans le cadre de l'association 
Madyanima Terre & Conscience 
les 12, 13 et 14 novembre 2010 
dans la salle "Les Arbods" à Divajeu,
stage dont vous trouverez le descriptif ci-joint
A ce descriptif qui paraît peut-être un peu sévère j'ajoute le programme des soirées :
soirée 1 : mandala
soirée 2 : pratique vocale 
soirée 3 : danse !
Comme il s'agit pour nous de tester notre contenu de stage et notre co-animation, seule une adhésion à l'association sera demandée aux participants (12 €). Les contributions financières libres seront néanmoins les bienvenues si vous le souhaitez, en fonction de ce que vous aurez reçu. 
Côté hébergement : nous avons choisi l'option stage résidentiel car il est préférable pour vous de loger sur place. Nous sommes accueillis dans un lieu chaleureux proche de Crest (Divajeu) et hébergés en dortoir pour un prix modique. Un ami se chargera de nous préparer de sympathiques repas bio avec les produits de sa production essentiellement.
Nous tenons à faire cette première expérience avec un petit groupe de personnes de notre connaissance directe (moins de 8 personnes). Ne tardez donc pas à vous signaler si vous êtes intéressés ! 
Précisions pratiques :

STAGE EN RÉSIDENTIEL  "LES QUATRE TEMPS DU SOUFFLE"
du vendredi 12 novembre à 14h au dimanche 14 novembre à 17h
Lieu : Les Arbods, Association Du souffle au chant, 26 400 Divajeu - dusouffleauchant@gmail.com   ,      www.lasalledesarbods.com

Coût animation : adhésion à Madyanima (12 €) + contribution financière libre bienvenue
Coût hébergement : 10 €/nuit en dortoir (draps non fournis, 2 douches + 2 WC) + participation nourriture à définir (4 repas + 2 petits-déj.)
Contact : Marie-Claude : 06 12 52 66 32 - 04 27 17 10 97
Bien à vous
Marie-Claude Ozanne
Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 08:47

Les personnes ayant une faible estime de soi ont tendance à percevoir, à tort, que l’acceptation et l’amour de leur partenaire varient en fonction de leurs succès et échecs professionnels (recherche publiée dans le Personality and Social Psychology Bulletin).

« Se sentant moins valorisés en général, la confiance dans l’acceptation inconditionnelle du partenaire est particulièrement importante pour les gens qui ont une faible estime de soi », expliquent les auteurs.

 

Ils ont tendance à interagir sur un mode d’autoprotection, ne s’autorisant à se sentir en connection avec leur partenaire seulement s’ils se sentent acceptés et valorisés. Dans le cas contraire, ils gardent une certaine réserve et se replient sur eux-même.

Une difficulté est que, liant le succès et l’échec à leur valeur personnelle, ils s’attendent à l’appréciation et l’acceptation en cas de réussites et à la dépréciation et au rejet en cas d’échecs. Ainsi, ces personnes interprètent de façon biaisée les réactions de leur partenaire à la lumière de ces attentes. La perception d’une dépréciation peut souvent enclencher un engrenage négatif dans les interactions du couple.

Sandra L. Murray et ses collègues, ont analysé les notes quotidiennes de 154 couples rapportant leurs succès et échecs professionnels et le niveau d’acceptance, de support et d’amour qu’il ressentait de la part de leur partenaire.

L’estime de soi s’est avérée être en relation importante avec la perception de l’appréciation et du support du conjoint dans le quotidien :

- Les hommes et les femmes avec une faible estime de soi sentaient l’amour de leur conjoint conditionnel à leur succès professionnel quotidien. Ils
 se sentaient mieux aimés les jours où ils avaient du succès.

- Les femmes avec une basse estime 
se sentaient moins aimées les jours où elles avaient des échecs au travail.

- Au contraire les gens avec une bonne estime sentaient l’amour inconditionnel. En fait les femmes avec une bonne estime se sentaient même mieux aimées les jours où elles rapportaient des échecs au travail.

Selon les chercheurs, ces résultats suggèrent l’importance pour les gens avec une faible estime de soi de réaliser comment les événements dans leur propre vie peuvent irrationnellement envahir leur relation de couple, les amenant à voir leur partenaire plus négativement que ce que justifient les faits.

Source: PsychoMédia http://psychotherapeute.wordpress.com/2010/01/22/savez-vous-les-consequences-dune-faible-estime-de-soi-dans-votre-couple/

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 00:24

LIEN VERS L'ARTICLE D'ORIGINE : 
lien article : FUTURA SANTE

Depuis trente ans, la « philosophie de l’Humanitude » montre son efficacité dans l'accompagnement de personnes atteintes de lamaladie d'Alzheimer. Elle repose sur un ensemble de pratiques, de gestes, d'habitudes, de paroles...

Opposition aux soins, mutisme, refus de s’alimenter voire agressivité envers les soignants : il est parfois bien difficile de prendre en charge les patients atteints par la maladie d’Alzheimer. Alternative efficace ou complément précieux des traitements médicamenteux, l’Humanitude, un ensemble de pratiques, leur permet de vivre dans une plus grande dignité. Cette méthode éprouvée laisse une large place à l’échange, et à « la mémoire des moments de bonheur ».

En trente ans, les fondateurs de la philosophie de l’Humanitude, Yves Gineste et Rosette Marescotti, ont rencontré 17.000 patients parmi les plus difficiles à gérer, dans plus de 400 services gériatriques de France et du Québec notamment. Cette expérience leur a permis d’élaborer 150 techniques de soin pour accompagner et former le personnel soignant. Leur méthode vient d'être présentée lors du deuxième Colloque international des approches non-médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer, le 13 novembre 2009.

Prendre le temps de leur parler

« Toucher, regarder, parler : la communication quotidienne s’établit par les sens. Toutefois, une difficulté peut s’instaurer lorsque les soins sont prodigués à ces Hommes très vieux. » Le recours à cette méthode facilite les rapports. Jusqu’à 90% des comportements d’agitation pathologiquedisparaissent et les états douloureux régressent. L’objectif, ambitieux, est de permettre aux malades de « vivre et mourir debout » et non grabataires.

Cent vingt secondes... en 24 heures : c’est la durée moyenne pendant laquelle le personnel soignant parlait dans les années 1980 à ces patients atteints de démence. Choquant ? Non. « Simplement, l’être humain n’est pas fait pour s’adresser à une personne qui ne parle plus », souligne Yves Gineste. Avec un temps de parole plus important – 8 à 12 minutes par jour – les patients retrouvent dynamisme et mobilité.

Les professionnels de santé doivent revoir leurs réflexes. Faire la toilette d’un malade, par exemple, cela s’apprend. « Ne commencez jamais par le visage. Il est réservé aux proches car il relève de l’intime. Souvent, les patients en perte de capacité ne reconnaissent pas le personnel soignant. Ce geste risque de les agresser. »

L’accompagnement dans la tendresse et le respect de l’autonomie des malades permet d’observer rapidement un mieux-être, voire une disparition totale des troubles du comportement.

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 14:24
 

30 octobre 2009 –

Le
stress menace notre santé quand nous surestimons notre capacité à tout faire dans une seule journée, au travail comme à la maison.


C’est l’essentiel du message qu’a livré le Dr Serge Marquis, lors de sa conférence présentée à des médecins dans le cadre du Symposium francophone de médecine1 à Montréal.

La gestion efficace du stress commence par la discipline de s’accorder un temps d’arrêt pour faire l’inventaire de nos ressources avant d’agir, a expliqué le Dr Marquis, spécialiste en santé communautaire et santé au travail.

« Le stress est l’écart disproportionné entre la perception de la demande et des moyens à notre disposition », soutient le Dr Marquis. Notre pouvoir réside principalement dans le choix de la réaction la plus appropriée pour y répondre, affirme-t-il.

Ce temps d’arrêt demande quelques minutes à peine pour recentrer notre attention sur notre respiration, explique-t-il. « Un moment qui permet d’ouvrir ce que j’appelle une fenêtre de lucidité, essentielle pour évaluer le problème avant d’y apporter une solution. »

Un exercice exigeant, en tenant compte du temps moyen consacré aux activités en 24 h, avance le médecin. « Les soins du corps demandent 1 heure. Nous avons besoin de 7 h à 8 h pour dormir. Une autre heure au moins est nécessaire pour les besoins indispensables à l’existence comme boire, manger, payer les factures, faire le plein d’essence, etc. Rajoutez-y 2 heures consacrées aux repas et à la vaisselle, en plus du temps consacré aux transports, il ne vous en reste plus que 2 pour la détente. »


Vivre, aimer, transmettre et apprendre

Pour le Dr Marquis, la meilleure façon de réduire le stress demande d’évaluer chaque situation en fonction d’une question fondamentale : qu’est-ce qui est le plus important à considérer en ce moment?

Pour y arriver, il faut savoir gérer ses priorités en fonction de leur importance. C’est le concept de cohérence, explique Serge Marquis. Comme outil d’évaluation, il se sert d’une grille développée par Stephen Covey, auteur américain2 et conseiller en gestion de renommée mondiale.

« L’équilibre dans notre vie répond à 4 aspects fondamentaux : vivre, aimer, transmettre et apprendre. » Nos activités devraient répondre à l’une de ces catégories pour donner du sens à notre vie, explique Serge Marquis.

Vivre concerne les activités liées à la survie, comme manger, boire, dormir, etc. La notion d’aimer vise les gens autour de soi, le travail et la capacité de reconnaître nos bons coups dans la journée. Apprendre une langue étrangère, se perfectionner sur le plan professionnel ou lire sont des activités d’apprentissage. Enfin, transmettre incarne la manière de se sentir utile dans la société, soit par l’enseignement ou l’implication communautaire, par exemple.


Gestion des priorités : l’importance devant l’urgence

Le véritable test, explique le Dr Marquis, arrive quand on est plongé dans une situation très angoissante, où le choix entre deux activités importantes s’impose. Il faut nécessairement lâcher prise, ce qui est probablement l’exercice le plus difficile à faire, souligne-t-il.

Il raconte comment il avait réservé du temps un dimanche après-midi pour peaufiner une présentation qu’il devait présenter le jeudi suivant. Un vrai stress, se rappelle-t-il, puisqu’il sous-estimait sa capacité à livrer une performance à la hauteur des attentes.

Sa fille vient alors lui demander de l’aider à choisir sa robe de bal. Le moment était mal choisi, mais il a préféré accompagner sa fille. Il ne voulait pas continuer à travailler avec le remords de l’avoir déçue.

Serge Marquis se rappelle à quel point son implication avait été importante pour sa fille à ce moment-là. Après coup, il s’était senti plus fort d’avoir réussi à laisser son dossier de côté, pour passer de la case « Apprendre et transmettre » à celle d’« Aimer ». Cette nouvelle énergie lui a aussi permis de terminer sa présentation avec plus d’attention et de concentration, dans les délais prévus.

Ce réajustement est vital pour garder un sens à notre vie, soutient le Dr Marquis. Il demande l’effort de garder l’équilibre entre les défis de tous les jours et nos limites. Surtout de garder le stress à distance pour conserver la santé longtemps.

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:30

Comme la pratique régulière et durable du yoga entraîne des changements de différents ordres et améliore, à long terme, la santé globale, il est difficile d'en isoler clairement les bénéfices précis. Par ailleurs, les protocoles de recherche évaluant les bénéfices du yoga sont difficiles à mettre en place parce que, par exemple, il est difficile d’obliger quelqu'un à faire du « faux yoga » (placebo) une heure par jour pendant deux ans. Des études ont tout de même été menées dont voici les principaux résultats.

Recherches

Efficacité probable Contribuer au traitement de l'asthme. Le yoga pourrait contribuer à abaisser la consommation de médicaments chez les asthmatiques de tous âges tout en améliorant leur qualité de vie, tant sur le plan psychologique (bonne humeur, attitude positive, confiance en soi, etc.) que physiologique (détente musculaire, souplesse et force des articulations, santé cardiorespiratoire, etc.). Comme l’innocuité du yoga est bien établie, sa pratique semble une intervention thérapeutique intéressante et peu coûteuse pouvant être utilisée comme adjuvant à la thérapie traditionnelle en cas d’asthme.

Efficacité probable Améliorer la santé cardiovasculaire. Des résultats d'essais cliniques ont démontré que la pratique du yoga pouvait avoir un impact important sur certains facteurs de risque associés auxmaladies cardiovasculaires. On a notamment observé que le yoga pouvait atténuer le gain de poids associé à l’âge, abaisser les taux de cholestérol total, assurer un meilleur contrôle glycémique chez les diabétiques et améliorer le statut antioxydant de l'organisme. Les résultats de plusieurs essais laissent entendre que les pratiques yogiques peuvent aussi abaisser significativement la tension artérielle chez des sujets sains et hypertendus. Un autre essai indique que la pratique du yoga peut contribuer à freiner l'apparition de maladies coronariennes. Enfin, une synthèse d’études, publiée en 2004, a relevé 13 essais portant sur le yoga et les maladies cardiovasculaires. Elle conclut que la pratique du yoga pourrait être bénéfique dans la prévention primaire et secondaire des maladies cardiovasculaires.

 

Efficacité probable Lutter contre le stress et l'anxiété. D’après les résultats d’essais ouverts portant sur des sujets en santé, le yoga affecte positivement les niveaux d’anxiété et de stress et l’état de bien-être. Un essai ouvert avec groupe témoin mené auprès de 50 étudiants en médecine a révélé que la pratique du yoga pouvait diminuer l'anxiété en période d'examens et améliorer les résultats scolaires. 
 
Deux études scientifiques portant spécifiquement sur les effets du yoga sur le sommeil ont été publiées. Une étude préliminaire a révélé que la pratique du yoga améliorerait la qualité du sommeil des sujets souffrant d’insomnie chronique. L’autre étude, portant sur des personnes âgées, indique aussi que la pratique du yoga aurait un effet positif sur le sommeil en réduisant significativement le temps d’endormissement et en augmentant le nombre total d’heures de sommeil.

Efficacité probable Améliorer la qualité de vie relativement au cancer. Une synthèse systématique de la littérature scientifique, qui avait comme objectif d’évaluer l’efficacité du yoga chez les patients cancéreux ou survivants du cancer, rapporte que la pratique du yoga est bien tolérée dans cette population et que le yoga engendre plusieurs effets positifs quant à la qualité du sommeil, de l’humeur et la gestion de stress.

 

Efficacité possible Améliorer la capacité cardiorespiratoire. Les résultats de plusieurs essais démontrent que la pratique du yoga permet d'améliorer, chez des sujets normaux, les fonctions pulmonaire et cardiorespiratoire, notamment parce qu'elle favorise des inspirations et des expirations plus amples et parce qu'elle agit comme un modulateur des systèmes sympathique et parasympathique qui régissent l'activité cardiaque. Les auteurs d’une revue systématique, publiée en 2002, concluent que la pratique du yoga pourrait améliorer significativement le statut cardiorespiratoire et la performance à l’exercice. On manque cependant de données sur l’impact clinique de ces modifications physiologiques chez des sujets qui souffrent, par exemple, d'insuffisance cardiaque ou de maladies pulmonaires obstructives.
 
Les résultats des essais portant sur les effets de la pratique du yoga sur la fonction pulmonaire sont inconstants. Ils varient selon la durée et le type de yoga pratiqué, de même que des sujets enrôlés dans ces essais. Néanmoins, certains résultats sont prometteurs. Ainsi, un essai préliminaire mené auprès de 15 patients, âgés de 48 ans à 75 ans, souffrant de bronchite chronique indique que la pratique du yoga pourrait améliorer leur respiration.

Efficacité possible Contribuer au traitement de la dépression. Une synthèse de cinq études randomisées visant à évaluer l’efficacité de la pratique de différentes formes de yoga dans le traitement de la dépression a été publiée en 2004. Tous les essais rapportaient des effets positifs du yoga sur les symptômes de dépression. Les auteurs ont toutefois souligné que la qualité des protocoles était insuffisante pour tirer une conclusion définitive. Par ailleurs, un essai ouvert réalisé en 2005 chez 113 sujets hospitalisés pour des problèmes psychiatriques indique que la pratique du yoga améliore significativement l'humeur.

 

Efficacité possible Contribuer au traitement des troubles musculosquelettiques. Les résultats d'essais cliniques menés auprès de sujets sains et de patients souffrant de divers troubles musculosquelettiques révèlent que les techniques yogiques peuvent contribuer à améliorer plusieurs aspects de ces affections, notamment l'arthrose des mains et des genoux et l'arthrite rhumatoïde
 
En ce qui concerne la lombalgie chronique, deux études ont été publiées. La première, une étude préliminaire portant sur 22 participants, n’a pu observer d’effets significativement positifs. Un essai randomisé plus récent avec groupe témoin, portant sur 60 sujets, indique que la pratique du yoga réduirait de manière significative l’intensité de la douleur, le degré d’incapacité fonctionnelle et l’usage de médicaments antidouleur.
 
Un seul essai clinique a évalué les effets du yoga sur les symptômes du syndrome du canal carpien. Selon ces résultats, la pratique du yoga soulagerait la douleur liée à cette affection.

Efficacité incertaine Améliorer la mémoire et les facultés cognitives. Quelques études menées en Inde laissent entendre que le yoga contribuerait à améliorer la mémoire spatiale et les fonctions cognitives des adolescents. Il pourrait aussi améliorer le quotient intellectuel (QI) des enfants atteints de déficience mentale et influer favorablement sur leurs capacités d'adaptation sociale.

Efficacité incertaine Contribuer au traitement des toxicomanies. Bien que le yoga soit couramment employé en Inde comme intervention de soutien dans les cures de désintoxication, peu d'essais cliniques ont été menés pour démontrer son efficacité en la matière. Dans un essai randomisé mené auprès de 61 toxicomanes traités à la méthadone (succédané synthétique de la morphine) et comparant les effets du yoga à ceux d'une psychothérapie de groupe classique comme technique de soutien, on a pu observer que les deux interventions étaient aussi efficaces l'une que l'autre pour réduire la consommation de drogues.

Efficacité incertaine Diminuer la fréquence des crises chez les épileptiques. Un seul essai clinique bien contrôlé portant sur les effets du yoga sur la fréquence des crises d’épilepsie a été publié. Les résultats de cette étude avec placebo (séances de yoga simulées) et groupe témoin (sans traitement) auprès de 32 personnes indiquent que les sujets qui ont pratiqué les véritables séances de yoga ont eu un nombre significativement moins élevé de crises que les autres. Cependant, le petit nombre de sujets dans chacun des trois groupes empêche de tirer des conclusions claires quant à l'efficacité thérapeutique de cette intervention.

 

Efficacité incertaine Soulager les symptômes du syndrome de l'intestin irritable. Les résultats d'un récent essai clinique randomisé, mené auprès de 22 hommes souffrant du syndrome de l'intestin irritable avec prédominance de diarrhée, démontrent que la pratique d’exercices yogiques serait aussi, sinon plus, efficace pour soulager certains des symptômes de cette affection que le traitement classique à la lopéramide (antidiarrhéique de synthèse).


 

Section Applications thérapeutiques
Recherche et rédaction 
: Geneviève Asselin, M.Sc., Chaire Lucie et André Chagnon pour l’enseignement d'une approche intégrée en prévention, Université Laval

Révision scientifique 
: Isabelle Marc, MD, MSc, Chaire Lucie et André Chagnon pour l’enseignement d'une approche intégrée en prévention, Université Laval.
(décembre 2005)

Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:00

Approche thérapeutique basée sur la correction des anomalies musculosquelettiques, l’Ostéodynamie est une pratique en vogue en France et au Québec. Zoom sur cette méthode de remise en forme issue de la kinésithérapie.

Qu’est-ce que l’Ostéodynamie ?


L’Ostéodynamie est une thérapie douce mise au point par Spiret et MM Béziers à la fin des années 60. Ayant centré leurs recherches sur le système psychomoteur de l’être humain, ils ont su expliquer avec précision les types de relation existants entre le psychisme et le mécanisme naturel du mouvement chez l’homme. A partir de cette base théorique, ils ont élaboré les principes fondateurs de l’Ostéodynamie. La méthode est largement pratiquée par les kinésithérapeutes en France et au Québec. L’Ostéodynamie est une discipline novatrice puisant ses principes dans la Kinésithérapie et l’Ostéopathie. Il s’agit d’une méthode de traitement des troubles psychomoteurs par le massage et le mouvement. Les manœuvres thérapeutiques propres à l’Ostéodynamie portent essentiellement sur le système musculosquelettique, les articulations et la structure biomécanique même du corps humain. L’ostéodynamie est une approche holistique car le traitement des troubles physiques et psychiques se traduit toujours par une harmonisation du système psychomoteur.
 

L’Ostéodynamie : pratique et bienfaits

Un bilan de santé est toujours réalisé lors de la première séance d’Ostéodynamie. Ceci permet au praticien de déterminer le type de soin adapté au cas de chaque patient. Le vrai traitement débute à la deuxième séance. Elle dure généralement une heure. Le patient est habillé ou en sous-vêtement suivant les prescriptions du praticien. Celui-ci s’attèle par la suite à corriger les anomalies au niveau du système squelettique, des muscles et des articulations du patient. Il adopte pour ce faire des pressions manuelles, des techniques de reboutement, des massages circulaires ou des massages en lemniscate. Il agit également au niveau des articulations et parfois-même des points réflexes. En plus des techniques spécifiques de massage, le praticien en Ostéodynamie peut également amener son patient à adopter des mouvements spécifiques en vue de corriger les anomalies posturales. L’Ostéodynamie est une thérapie douce à la fois préventive et curative. Elle permet de soulager voire de guérir les maladies et troubles musculosquelettiques comme la cyphose, la scoliose, la lombalgie, et les douleurs musculaires. Elle corrige efficacement les anomalies posturales et prévient le torticolis, l’asthme ou la fatigue chronique. L’Ostéodynamie est une thérapie douce étroitement liée à la massothérapie et à la kinésithérapie. Elle se révèle fiable et très efficace dans le maintien de la forme et de la santé de l’homme.

Source : http://www.massage-zen-therapie.com/osteodynamie.html
 
Repost 0
Published by Ganaëlle38 - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 13:04

FONDEMENTS DE LA GYMNASTIQUE ORIGINELLE 


I. Le Qi - HISTOIRE

En Médecine traditionnelle chinoise, la façon de concevoir la vie, la santé et la maladie, de poser les diagnostics et d’élaborer les traitements repose sur l’idée que tout ce qui nous entoure et nous constitue est essentiellement le fruit d’une même composante fondamentale : le Qi. Toute matière provient de la condensation du Qi. Le Qi correspond à tout ce qui est perceptible mais intangible.

On traduit souvent le terme par Énergie ou Souffle, mais en Occident, le terme énergie renvoie à des phénomènes mesurables comme l’énergie électrique, électromagnétique, nucléaire, calorifique ou mécanique. Pour se rapprocher du sens oriental, il faut se tourner vers la racine grecque energeia (force en action) qui inclut la vitalité, la force physique ou morale, ainsi que la vigueur ou la puissance d’un organisme. On peut également penser au pneuma des philosophes grecs : le souffle de vie. Le QI naît du principe Yin et Yang (le mouvement oscillatoire, la polarité). La mutation entre la Terre (yin) et le Ciel (yang) crèe le QI.

C’est l’image de l’éclair qui surgit, unissant le pôle positif et le pôle négatif.

II. CONSTITUTION DU QI- La pensée créatrice.

C’est la forme d’énergie la plus spirituel et subtile. Le principe créateur régit l’être humain dans tous les aspects de sa forme manifestée. C’est un état d’être au monde. La pensée source de création préside le moment de rapprochement des parents, car l’esprit ne prend existence effective qu’au moment même de la conception. C’est la condensation de QI (énergie-matière) entre le Ciel et la Terre qui crèe la vie humaine.

L’essence originelle de vie.

C’est l’essence de vie par excellence, énergie vitale captée au moment de la formation du fœtus.

Elle a deux sources :

1 celle de nos parents, qui leur a été en partie reçue de leurs ancêtres (ciel antérieur)

2 celle de l’alimentation et de l’air combinés (ciel postérieur) L’essence originelle est stockée dans les Reins. Elle est un capital à protéger car peu renouvelable.

L’énergie vitale ou souffle vital.

Appelé couramment QI, c’est l’énergie nécessaire pour faire circuler le sang et les différents liquides organiques du corps. Cette énergie vitale assiste aussi les organes et entrailles dans la fonction de transformation.

La médecine traditionnelle chinoise considère que les méridiens (jing) et les branches collatérales (luo) représentent la voie par laquelle circulent l’énergie vitale et le sang du corps humain. Ils forment un réseau qui tisse les liens indispensables entre notre corps physique et l’énergie qui l’anime et qui relie les différents éléments internes et externes du corps et assurent la circulation de l’énergie entre le haut et le bas (c’est-à-dire symboliquement entre le Ciel et la Terre), et participent de toutes les fonctions vitales.

III. APPLICATIONS.

Dans la société européenne contemporaine, le corps est de moins en moins ressenti hormis dans les moments de souffrance (maladie, accident, violence) ou dans la pratique du sport (contractures, courbatures).

Le Zen nous enseigne à vivre pleinement chaque instant de notre vie en étant totalement présent à notre esprit, notre corps, notre environnement.

Par ses manipulations douces, le praticien va amener l’inconscient à se poser des questions.

l’énergie bloquée par les tensions musculaires va progressivement se libérer. Conséquence ? Les émotions refoulées et les inhibitions vont disparaître après parfois ce qu’on appelle en terme psychanalytique des "régressions". Et enfin, les vieux schémas négatifs réducteurs sont remplacés par la prise de conscience par l’individu de sa vitalité et de sa propre créativité

permettre à l’individu de devenir un adulte bien dans sa peau, conscient, et autonome. Aussi le patient qui pendant la séance s’abandonne à son corps sans attente particulière n’est pas passif. Il est dans le ressentie.

Le but est d’apporter au système nerveux et au cerveau une nouvelle information qui est le ressenti de cette souplesse. En fait, on joue avec la souplesse sur la tension. Dans l’approche Trager, la souplesse enseigne à la tension, si l’on peut dire, comment les choses pourraient être dans le corps.

Contrairement à d’autres situations, on ne demande pas de "contrôler" les mouvements mais de les laisser advenir, en utilisant le poids de différentes parties du corps. Par l’écoute attentive des modifications qu’ils éveillent, s’instaure une sorte de dialogue avec son corps (dialogue physique, émotionnel...). C’est toute la richesse intuitive de la tendre enfance, émoussée au fil du temps, souvent même étouffée par l’éducation, la formation, les règles sociales...

le système nerveux central enregistre une nouvelle façon de ressentir son corps "plus léger, plus libre, plus fluide et paradoxalement plus enraciné", et par rétroaction, s’ensuit une modification des tissus corporels : les muscles se détendent, les articulations s’assouplissent, l’énergie circule mieux et l’esprit se libère en proportion égale.

La prise de conscience de son unité corporelle, de son aisance gestuelle, - habiter son corps de la tête aux pieds -, développe plus de réceptivité à soi-même et à son environnement, donc plus de présence ici et maintenant. Un sentiment de bien-être, de sérénité se répercute sur la vie de tous les jours et augmente sa potentialité énergétique et sa créativité permettant la libération de la personnalité.


source: http://www.massage-zen-therapie.com/origine-du-qi.html

 

Repost 0
Published by Ganaëlle - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 15:13

L'épanouissement par le toucher avec Jean-Louis ABRASSART et somatosynthèse




Détente massage premiers pas
Convertir en PDF Version imprimable Email
Dans les moments difficiles, notre main se porte spontanément vers l'autre, pour le réconforter, le soutenir, l'encourager. Si le massage médical est réservé aux kinésithérapeutes, pourquoi ne pas se masser en famille, entre amis, pour se détendre et se faire du bien? Rien de plus simple que de pratiquer le massage californien. Lorsque je parle de massage, cela éveille souvent chez mon interlocuteur un petit sourire plein de sous-entendus. C'est vrai que le geste de toucher s'associe facilement dans les esprits au contact amoureux. Et la tendresse, alors ! Nous oublions que le toucher est d'abord une expression d'affection et de chaleur humaine dont nous avons tous bien besoin au fond de nous. Nous trouvons normal qu'une mère, ou qu'un père de plus en plus, cajole son enfant et lui exprime son amour dans un contact physique. Et puis, terminé, tabou le toucher, cantonné à la sexualité et aux poignées de main raides ou vides de sens. Se faire masser quand on a mal, d'accord, mais simplement pour se faire du bien, c'est louche! Dommage, car un bon de massage de détente vaut bien la meilleure soirée télé, la discussion la plus passionnante. Anti-stress par excellence, le massage californien nous aide à récupérer, à retrouver notre dynamisme et il enrichit notre relation avec nos proches. Alors, si le coeur vous en dit,….. 
Si le massage médical est réservé aux kinésithérapeutes, pourquoi ne pas se masser en famille, entre amis, pour se détendre et se faire du bien? Rien de plus simple que de pratiquer le massage californien. Quelques principes de base, quelques mouvements faciles à apprendre, un zeste de doigté, de l'attention et du respect et vous allez redécouvrir les bienfaits du toucher, le plaisir de vous abandonner en toute confiance et en toute sécurité.


Le premier contact


D'abord, bien s'installer dans un endroit bien chauffé où vous serez sûr de n'être pas dérangé. Une musique que vous appréciez. Pas besoin d'une table pour masser à la maison, un matelas mince ou plusieurs épaisseurs de couvertures repliées recouvertes d'un drap ou d'une serviette de bain feront l'affaire. Votre partenaire s'allonge sur le ventre. Nous commencerons par le dos où s'accumulent généralement les tensions. Frottez vos mains vigoureusement pour les réchauffer, puis étalez sur celles-ci de l'huile de massage qui va donner à vos mouvements la fluidité nécessaire. Approchez lentement du corps de votre partenaire. Ne vous précipitez pas. A quelques centimètres de la peau, vous pouvez déjà sentir le rayonnement de chaleur de son corps. Posez doucement vos mains, détendez-les, laissez-les épouser la forme de la partie du dos que vous touchez et restez ainsi quelques instants, le temps d'établir le contact, que votre partenaire se familiarise avec vos mains. Ce premier contact respectueux et délicat, sans pression, installe votre partenaire dans la confiance et conditionne toute l'ambiance du massage.


L’arrière du corps


Commencez alors à masser avec de grands mouvements fluides, vos mains continuant à épouser le contour du corps avec une pression légère. Soyez dans vos mains, attentif à ce que vous faites. Laissez-les se déplacer sur toute la surface du dos, bien en contact avec la peau. Vous éviterez tout geste brusque ou saccadé pour prendre un rythme lent et tranquille. Ne vous préoccupez pas, dans un premier temps de technique. Glissez ainsi sur tout le dos et les flancs avec des gestes harmonieux et de préférence circulaires, propices à créer la détente. Si vous ne pressez pas, vous ne pouvez pas faire mal à votre partenaire. Votre massage ne doit pas être une effort: toucher est un geste naturel et après un moment l'appréhension d'être maladroit que vous pouvez ressentir au début disparaît. Vous pouvez avoir alors autant de plaisir à donner le massage que votre partenaire à le recevoir. Le massage californien procède ainsi par de grands mouvements glissés qui s'enchaînent sur tout le corps sans que le masseur interrompe le contact des mains. Il passe d'une partie du corps à l'autre sans heurts, se déplaçant tout autour de son partenaire. Le toucher doit être plus que caressant, assez ferme, plus pour les hommes mais il ne doit jamais réveiller de douleur.Descendez le long du dos, une main de chaque côté de la colonne vertébrale. Arrivés en bas des reins, écartez vos mains vers les flancs et remontez vers les aisselles avant de revenir sur les épaules. Répétez plusieurs fois chaque mouvement et accompagnez-les avec votre corps. Vous pouvez aussi glisser les deux mains à plat superposées sur la colonne vertébrale sans appuyer.Déplacez vos deux mains en travers du dos dans un mouvement de va-et-vient. Couvrez ainsi toute la surface du dos de la base du cou au haut des fesses en prenant soin de bien prolonger votre mouvement sur les flancs.Pour l'arrière des jambes, vous vous placez aux pieds de votre partenaire, vous remontez avec les deux mains les jambes, puis vous les écartez et vous redescendez par les cotés.


L’avant du corps


Partez du haut de la poitrine, glissez en descendant vers le ventre avant de séparer vos mains pour remonter par les flancs en étirant doucement votre partenaire. Ne pressez pas sur la poitrine dont les tissus sont fragiles. Harmonisez-vous avec la respiration de votre partenaire: vous descendez en pressant lorsqu'il expire et vous revenez par les flancs lorsqu'il inspire.Le plexus solaire est souvent tendu. Aussi, dans ce mouvement où vous glissez, les deux mains l'une sur l'autre, du sternum vers le nombril, vous procéderez très lentement en commençant avec une pression très légère. Répétez une dizaine de fois. Le ventre se masse délicatement avec les deux mains à plat dans un mouvement circulaire dans le sens des aiguilles d'une montre pour faciliter en même temps le transit intestinal. L'avant des jambes se masse en remontant par la face interne pour aider le retour veineux. Lorsque vous redescendez vers les pieds, passez sous la jambe avec les deux mains et soulevez-la tout en glissant vers les talons. Massez en plus les pieds avec le bout des doigts et les pouces, plus fermement en sentant le contour des os au travers de la peau. 

Petit à petit, vous vous sentirez plus à l'aise et vous sentirez instinctivement par vous-même les gestes qui peuvent relâcher votre partenaire. Le massage californien est un massage "nourrissant", un vrai cocooning qui procure une profonde détente et un grand bien-être. Il permet de bénéficier à la maison des bénéfices physiologiques du massage - relâchement musculaire, amélioration de l'irrigation sanguine, meilleure élimination, apaisement nerveux - mais surtout il recharge le corps en sensations positives, nous apportant au niveau le plus fondamental reconnaissance et sentiment d'être aimé. Il nous rappelle cette période bénie de la vie foetale, où dans le cocon qu'était le ventre de notre mère, nous flottions sans soucis, enveloppés par le liquide amniotique. Après sa séance, votre partenaire sera aux anges, harmonisé et réconcilié avec lui-même. Laissez-le en profiter pendant un long moment avant de lui dire "A moi, maintenant".

SOURCE : 
LA RELATION D'AIDE PAR LE MASSAGE




 
Repost 0
Published by Ganaelle - dans BIEN ÊTRE
commenter cet article

Présentation

  • : Psychothérapie à Valence (26) - Musicothérapie - Art-thérapie - Psycho-somtothérapeute
  • Psychothérapie à Valence (26) - Musicothérapie - Art-thérapie - Psycho-somtothérapeute
  • : Psycho-somatothérapeute, Musico et Art-thérapeute, Analyste, formation universitaire + Ecole Européenne des Psychothérapies Socio-Somato-Analytiques. Sur ce blog, vous trouverez des informations concernant l'Art et la Psychothérapie, des liens utiles, que des articles concrets et sérieux, des stages...
  • Contact